Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2012

Ce qui meurt, ce qui vit.

En octobre le figuier donnait une récolte incroyable et nous peinions à tout transformer, et je découvrais le plaisir des figues séchées "maison".

En janvier les pousses toutes neuves du figuier atteignaient déjà une bonne trentaine de centimètres et je m'appliquais à retirer les branches mortes, à aérer ce foisonnement.

En avril ces rameaux vigoureux se sont révélés tous dessechés, mordus par le gel. Je l'ai cru perdu, cet arbre dont j'aurais voulu partager les fruits avec un qui les aimait tant.

.

.

.

De minuscules bourgeons apparaissent le long des plus grosses branches, près de la base d'abord... et puis, de plus en plus loin.

PICT4966.JPG

 .

Le pied de rhubarbe acheté pour tenir compagnie à celui d'ici s'est fait ratiboiser à toute vitesse par les limaces; il n'en est rien resté.

.

.

.

Et puis de retour d'une semaine d'absence, je surprends une pousse minuscule mais gaillarde.

PICT4975.JPG

.

Un souçon que j'avais cet hiver s'est joliment confirmé.

Un couple de mésange a élu domicile dans une enfractuosité de mur.

Les oisillons piaillent à qui mieux mieux, avides.

Je n'ai pas réussi à les compter, mais ils sont au moins quatre à se bousculer là-dedans.

PICT4907_v1.png

 .

.

.

Ce renouveau, cette énergie de vie me fascinent et me consolent.

De ce qui meurt ressurgit indéfiniment la vie.

31/05/2012

Première récolte

PICT4964.JPG

Premières invitées au jardin, les Belles de fontenay réclamées par Grand-mère dragonne auront aussi été notre toute première expérience du potager en autonomie, sans jardinier professionnel et sans jardinier bénévoles pour nous relayer.

Première poêlée bien poivrée façon madeleine, partagée dehors avec une salade du jardin d'à côté et la demanderesse.

La cagette achetée semblait bien petite, pourtant c'est elle qui nous a valu une journée de terrassement à trois pour en caser tous les tubercules... prétexte parfait pour craquer sur d'autre cultures non prévues initialement. Leur choix est guidé par nos attirances, et par l'idée d'un potager qui privilégie les légumes chers sur le marché... mais en dépit de nos efforts et lectures désordonnés, ce choix demeure plutôt irréfléchi en termes de rotations des cultures, d'associations de légumes et d'amendement convenable du sol.

L'expérience se forge sans doute ainsi. Il faut se résigner à éclaircir le semis de tomates cerises trop prolifère, à remettre à l'an prochain certaines envies, à perdre des plants du fait des ravageurs ou des mauvaises conditions d'irrigation.

Audace des débutants, nous avons testé la récolte "non vulnérante" (un terme découvert au détour du guide du jardin bio, que je ne résiste pas à utiliser même si c'est un peu à mauvais escient): arrachage très délicat de chaque plant, en le faisant tressauter sur la fourche-bêche afin de dégager les tubercules, afin de les replanter aussitôt... Sur le moment, ils ne sont pas à la fête, mais le lendemain,  à part leur air un peu de guingois, ils sont tout repapillottés: à suivre... peut-être une manière d'améliorer le rendement de cette variété peu prolifique?

Si les huit griffes d'asperges vertes ont toutes laissé pointer la tête, les topinambours grandissent à vue d'oeil, les crosnes par contre ne semblent pas dans de bonnes dispositions. Ceci dit, les rattes, selon le terme de grand-mère dragonne, ont l'air d'apprécier particulièrement nos initiatives potagères, un plant d'aubergine s'est notamment vu priver de ses racines bien mal à propos...

 

PICT4991_v1.png

Nous sommes aussi contraints de mener une chasse assidûe contre les limaces, l'arsenal de nos armes double régulièrement, proportionnellement aux dégats constatés et je crains d'arriver bientôt à l'extrémité Feramol... moins pire que le métaldhéyde, mais pas non plus inoffensif.

Dans ce cas, par égard pour les oiseaux et vers de terre, ce sera d'abord l'objet d'une expérience, dans un dispositif pareil aux pièges à bières "chapeautés" d'une tuile, en espérant qu'elles se laissent mourir de faim sur place; ce serait la seule possibilité pour protéger la petite faune auxiliaire si fragile.

 

25/05/2012

le jardin japonais

PICT4530.JPG

PICT4537.JPG

PICT4552.JPG

PICT4548.JPG

PICT4556_1.JPG

PICT4538_droit.JPG

06/04/2012

Marbré de Vert

C'est le nom d'un papillon repéré hier, dans la lumière rasante du soir...

 

J'ai sorti mon petit guide des papillons de l'Isle Crémieu, pas si lointaine que cela, pour apprendre à les reconnaître, à les faire exister autrement, grâce à ce nom qui les distingue dans ma mémoire.

 

Trois semaines intenses pour donner forme au potager:

retirer et faire sécher les cartons qui ont permis de couvrir le terrain et par là d'économiser de l'énergie pour le désherbage et l'ameublissement: tous efforts fournis pendant le grand gel par les vers industrieux grâce à l'abris douillet.

nettoyer les 25m2 ainsi couverts, calculer la surface des planches de culture et l'espacement des planches de bois qui les délimitent

semer - pois, fèves, radis.

contenter le caprice d'une grand-mère Dragonne ragaillardie par le soleil sur ses vieux os, en achetant une jolie cagette de Belles de Fontenay, pour une récolte primeur...

commencer à consolider une cahute déglinguée qui ferait un parfait abri de jardin pour la table à semis récupérée.

nous rendre compte qu'une petite cagette demande plus d'espace que nous n'en avions préparé, défricher cette fois sans aide d'auxiliaires mais avec celle d'une âme sensible un autre carré, après avoir déplacé le compost dans l'idée que cela plairait aux petites locataires.

Tomber ce faisant sur les ruines d'un ancien poulailler - et en écho réclamer le mien comme un refrain!

Vider la cagette, le lendemain en hériter d'une autre - topinambours cette-fois, et craquer pour un filet de griffes d'asperges vertes, recommencer.

S'inquiéter de l'attrait de la chienne aux oreilles douces pour cette terre fraîchement ameublie, et découvrir Galant-homme et l'homme sensible attelés à tailler en rondelles des bambous, à dépiauter de vieux sommiers. Et voir naître de leur labeur affairé une bien jolie solution à cet attrait indésirable.

Le compost dans la foulée a lui aussi trouvé un bel habit.

Il faut voir maintenant la résistance des matériaux aux sautes d'humeur du ciel...

Jolies fantaisies!

Le radis épanouissent leurs petits coeurs verts au dessus de la terre, les pois pointent leur nez charnu en ordre de bataille. Un deuxième pied de rhubarbe a pris placeau jardin-terrasse, bien d'autres plantations ont eu lieu.

Il faut réfreiner nos envies de plantations, de travaux, d'aménagements, prioriser, trouver des solutions récup' pour contourner nos tous petits moyens... sans désespérer face à l'ampleur de la tâche, à la vigueur des repousses qui menacent ici et là les murs, les toits, qui referment les espaces presque à vue d'oeil. L'ennemie du moment, la plantation de renouée du japon, en viendrons-nous à bout?

05/08/2011

Les sauvetages...

photos blog et balade Nyons.jpg

...ça a des avantages!

20/05/2011

Les pousses vertes

PICT2135.JPG

C'est plus vivant, là, non? je me rapproche de mes rêves luxuriants ET rouges!

20/01/2011

un peu, beaucoup...

...Invoquer le printemps qui vient...

PICT1753.JPG

Achever ce qui doit l'être...

 

PICT1773.JPG

 

Choyer Auguste-qui-s'apprête-à-fleurir, le petit frère de Gustave-qui-se-porte-toujours-bien-merci

Trouver un usage parfait à mon dernier petit pot, qui aurait dû être bordeaux. Aurais-je voulu obtenir cet effet que je n'y serais jamais parvenue, chaque sillon est souligné comme à l'encre de chine et des zones plus sombres mais légères donnent l'illusion d'une estompe au fusain.

M'amuser de ces petits noms qui ont un sens artistique particulier, associés à ce petit pot thématique...

Magie de ce qui se transforme dans l'ombre...

15/01/2010

essaimer, ou la promesse du fruit

Lady Isa,

ses expériences qui ont à voir avec la transmission, l'enfance et le partage,

mon affection avouée pour les madeleines des autres

et mon désir de planter des arbres

- nourriciers qui plus est -

sa mémoire, sa constance et sa suite dans les idées,

ma boîte aux lettre qui devient fabuleuse

me manque la terre sableuse, la terre tout court

l'âme déjà pépinière depuis longtemps

bientôt, bientôt le jardin libre...

 

Les sentez vous comme je les sens,

le germe tendre sous la neige,

la sève sous l'écorce morne,

l'œuf à venir sous les plumes gonflantes du passereau,

le chaton soyeux sous le bourgeon crispé,

la fleur de pêcher au cœur du noyau sec?

PICT9091.JPG
Merci Lady Isa!

13/01/2010

Gustave

Gustave se porte comme un charme.

Gustave en souvenir d'un rendez-vous manqué- entre Jura et Doubs,

Ma porteuse d'eau et ses filles-taupes en goguette à la rencontre de l'automne

De l'organique, du terreau, de la feuille - entre jardins cultivés amoureusement,

jardins-forêts ensauvagés à flanc de collines et la Loue pour baigner le pied des arbres

Deux jours lumineux et simples, à boire à la source de nos complicités

en croquant les noix chapardées les cancans amoureux des colverts,

la terrine de langue les dattes moelleuses les effets de miroirs

A alimenter nos aspirations et nos rêves, à les toucher du doigt

C'est bon quand il y a du jeu entre nous.

 

 

PICT9107.JPG
Gustave, pour les intimes "fille de l'air"
PICT9125.JPG
Mon amour de petit bol: terres mêlées tournées sans colorants, extraites des forêts jurassiennes, décantées et cuites au four à bois
mais pas le nom du potier, à peine persistant le souvenir de ses yeux passionnés par ces terres magiques

28/10/2009

Silence...

Petit peuple végétal qui d'un côté de la vitre comme de l'autre, s'épanouit sans bruit,

PICT8345.JPG

fruit d'échanges,

PICT8350.JPG

de présents merveilleusement résistants, re-nés de la souche que l'on croyait définitivement desséchée,

PICT8367.JPG

de germinations spontannées,

PICT8382.JPG

de rapines au flanc des murets et rocailles...

 

PICT8371.JPG

de petits prélèvements innocents,

 

PICT8379.JPG

traces d'une transmission inconsciente... qui ne l'est plus grâce à ma soeur Taupe,

 

PICT8372.JPG

d'acclimatations réussies...

 

PICT8375.JPG

Microcosme du discret foisonnement de la vie

 

PICT8369.JPG

invisible pour qui ne sait se pencher.

 

PICT8358.JPG

Pousse toute neuve, faussement fragile, faussement solide, qui crève la surface lisse et bientôt écarquillera ses boutons renflés.

PICT8342.JPG

Bourgeonnement moutonneux,

 

PICT8365.JPG
germes érigés, invités autoproclamés (mais si, là, tout à droite).
PICT8377.JPG

Que font là ces prémices d'iris miniatures, écervelés vestiges d'une plantation de l'an passé qui n'a au printemps rien voulu donner?

Il gèle presque et je n'aurai eu le bonheur de leur bleu ni en la saison prévue, ni en celle qu'ils ont choisie tous seuls. Mais celui de les surprendre pointés hors de terre, grimpés à l'assaut d'un ciel inclément, n'en vaut pas moins.

 

crédits photos: Akä

sedums sauvages, sedums de pépiniéristes, joubarbes, orchidée phalaenopsis et charmantes inconnues

 

 

17/03/2009

Papillon

PICT5759.JPG
PICT5762.JPG
Une vraie joie quotidienne...

01/02/2009

germes de printemps

Petites plantations parfois tardives,

repiquages intempestifs,

maltraitances de toutes sortes

espérer tout de même

guetter quotidiennement...

dehors, dedans

s'étonner que cela aille si vite

que toujours cela recommence

que le vert revienne...

pict5487.jpg
pict5488.jpg
pict5509.jpg
pict5505.jpg
pict5510.jpg

 

22/12/2008

Belles. Vertes. Légères.

PICT4966.JPG
J'aime pas les grosses bagues. Mais elle, oui. Peut-être parce qu'elle me fait penser à La belle verte, fable décroissante qui me remonte le moral rien qu'à me la remémorer, ce qui n'a pas de prix...

14/10/2008

à graines

Parfois le béton le bitume de ma ville se font plus oppressants, et l'idée de mettre un terme aux heures vertes grapillées, inexorable, devient suffoquante.

Alors, avec reconnaissance, je m'autorise à prélever un frêle, un éphémère tribut bruissant, pour m'aider à me faire à l'idée, pour me raccompagner, pour prolonger un peu ce temps de l'inspir...

Moisson parcimonieuse de petites vies, sans pattes et sans coeur palpitant, de petites vies sans lesquelles nous ne serions pas au monde et ne pourrions pas construire nos villes de béton.

De cela le béton ne sait garder la mémoire...

PICT2420.JPG

Cette moisson-ci se colore d'une tendresse singulière, toute imprégnée d' "une fois l'an, trois jours durant", de sable rose, de ruisseau frais, de chênes aux béquilles imposantes sous des branches horizontales comme des troncs renversés, de chaudes voix aux retrouvailles, de fumets humides de rosée au matin du dimanche et d'hommes las et contents de tourner la broche, de braves paillardes en choeur au fond des caves, de lumineux iris d'eau et de lourdes pivoines, de regards qui soudain mettent au jour toute la valeur des choses, des saluts sonores des grenouilles-du rossignol-des boeufs-de l'âne-des coqs alentour au petit jour qui point, d'enfants barbouillés de fraises des bois et de feuilles de menthe...

PICT2426.JPG

Il y a certes d'autres temps passés là-bas, récolte impromptue, brève et savoureuse... Mais seul celui-là, de la maisonnée pleine et des douceurs de l'air toutes neuves, m'offre des bouquets pour tenir une année.

PICT2437.JPG

Quand approchent les heures frisquettes, je me les ressors de la mémoire, ainsi je me souviens aussi longtemps qu'il y a besoin que le vert disparu rassemble tout son éclat pour renaître toujours vif, tendre et fleuri.

Exactement comme ceci...

PICT2458.jpg

Edit de plus tard: le talentueux photographe n'est autre que Galant-Homme, que vos louanges flattent autant que moi...

27/06/2008

souvenir d'un orage de printemps

Le végétal garde-t-il la mémoire des anciennes pluies quand vient la sécheresse?

PICT2377.jpg
 
 
"Sedum-dont-j'-ignore-le-petit-nom-mais-qui-résiste-à-tout"
Si vous le reconnaissez, éclairez-moi, que je puisse le baptiser... 
Il est vrai que ce jour-là, c'est le ciel qui s'en était chargé.
 

 

21/06/2008

mouchoirs-de-poche suspendus

Deux balconnières pour mes deux pauvres fenêtres, glacées par le noroît, grillées par le couchant...

Deux sedums seuls survivants...

Jusqu'à ce que ma Porteuse d'eau m'offre ces frêles exemplaires, aux noms croquants et doux, à rouler sur la langue...

 

PICT2380.JPG

Festuca glauca, Festuca scoparia, Hypericum olympicum à fleurs jaunes, Artemisia lanata, Aethionema, Erodium petraleum
(dans le sens communément admis de la course du temps sur les horloges, en commençant à minuit pile évidemment)
 
Ajout d'une balconnière en urgence, transbahutage par Galant-homme de terre de taupinières prélevée chez ma Grand-mère-dragonne, écrèmage à la main des graviers qui rejoignent aussitôt le fond du pot, "pour mieux drainer" insiste Porteuse d'eau, brassage méticuleux avec du terreau bio et du sable mélangés à parts égales, dans les limites de la minuscule table de la cuisine autant que faire se peut...
Rempotage le coeur battant, les conseils avisés le seront-ils suffisamment, je déteste voir dépérir ce que je plante, ce que je soigne...
 
un mois et demi plus tard d'orages en pagailles,
mais à peine quelques jours de chaleur soutenue la terre détrempée déjà se craquèle
l'aethionema n'y aura pas résisté
PICT2388.JPG
 
 
 
Pour le reste, ça prend ses aises, ça fleurit a l'envi:
 
 
la douceur étale de l'artémise me fait bondir le coeur

 
la piquante vigueur des fétuques me réjouit
PICT2397.JPG
 
la grâce robuste des fleurs d'erodium me tient mille promesses

 
la floribondité de l'hypericum me renverse
PICT2399.JPG
 
 Ou du bonheur trouvé-créé de deux fenêtres arides enfin vivantes et peuplées...
 
 
 

08/04/2008

à plante masochiste, jardinière sadique

Voici le fruit de certaines exactions galinacéo-virilo-félines végétalement meurtrières. Vous saviez déjà que la ligue avait échoué, mais nous avions mis en place la protection des témoins pendant la période de convalescence. Maintenant, je peux vous le dire: l'assassinée se porte comme un charme!

A visage couvert, version incognito: 

1349648696.JPG

 

 

Et maintenant, pour le plaisir des mirettes:

(Mise en beauté spécialement réalisée par Galant-homme pour le parti des myosotis, qui risquent fort de tomber en amour!) 

1193967776.JPG

 

 

12/02/2008

Juste une belle journée...

b1d3ad0fecf973f671c3df691aeef951.jpg

18/01/2008

victoire!!!

Malgré les racines aériennes qui pourrisssaient, la ptite poupoule qui l'a transpercée au coeur grâce à une intervention nocturne et traitresse de Sacha, le manque de lumière, puis la lumière mais le radiateur sous le nez, et surtout malgré mon désespoir naissant, elle résiste, et va refleurir, pour le seconde fois! Ivre de bonheur, ça vous paraît exagéré? Z'avez sûrement raison, mais les excès ne sont pas toujours néfastes. D'amour et d'eau fraîche, je vous dis!

Rendez-vous dans quelques semaines pour voir la splendeur éclose...

10e169d67be4df9e8d2f7e098a69172c.jpg