Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2010

Picoti

C'est pour qui???

 

sac poules 1.JPG
sac poules 2.JPG
sac poules 3.JPG
crédit photo: Akä

 

idée et tuto trouvés chez Marie ange

Renforts d'explications par ma Fée marraine

tissu enduit rigolo trouvé chez Eurodif

(toute la question est de savoir pourquoi j'ai choisi sans réfléchir un tissu qui risque de fondre à la chaleur)

Le prochain aura la taille adaptée à mes ustensiles et sera sans doute en toile à matelas ou à torchon.

Un truc qui ne fond pas, quoi.

 

 

08/02/2010

Mon bel artisan

J'ai cédé aux sirènes de la consommation, vous dirait Galant-homme sans avouer qu'il se rue pour essayer le premier et l'un après l'autre tous les accessoirs, me gratifiant au passage d'une brandade pommes de terre-céleri rave-hareng ou d'un gratin dauphinois façon Grand-mère Dragonne.

(des patates tranchées aussi mince que du papier à cigarette, du sel, du poivre, du lait entier qui recouvre largement le tout - et cru pour Galant-homme qui sait ce qui est bon - et c'est tout.

Pour les curieux, la cuisson au four commence fortissimo, puis poursuit moins haut, le lait de doit pas monter trop haut dans le plat pour ne pas déborder lorsqu'il bout, et on pique la peau régulièrement jusqu'à ce que le lait ait changé de couleur pour prendre des reflets dorées.

J'oubliais, Mona Lisa, sinon rien, selon ma Grand-mère Dragonne)

 

Comme si j'allais m'en plaindre.

artisan.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo: Akä

ps: nouveau chantier saucissons programmé. C'est même LA grande justification de l'achat. Tout métal, vous remarquerez, comme si on pouvait réellement trouver une justification écologique crédible à cette folie! Bref, cette année je me suis cultivée pour améliorer nos techniques charcutières. Farcissage et cutterage n'ont plus de secret pour moi. Je partage (les tuyaux -vous y avez cru!) avec plaisir.

 

06/02/2010

Quand il n'y avait pas même encore du roux aux arbres mais des mûres aux haies

PICT7520.JPG

En ce temps-là, je suis tombée amoureuse des ânes.

En me pâmant de savourer certain goûter de petits fruits.

En laissant fondre sous mon palais une gelée de thym fantastique.

Mais ce qui revient me réchauffer derrière ma fenêtre quand des flocons gros comme du coton dégringolent du ciel bas, c'est ça:

PICT7513.JPG
crédit photos: Akä

 

 

 

 

La ferme des Ours Gourmands, Lol'ânes

Odile Barat, le petit bois des terres, 69 440 St andré la Côte

fruits rouges, sauvages, confitures de lait et gelées de plantes, de fleurs, sirops, confits et caviars de légumes, infusions, sorbets

 

04/02/2010

Quelques toiles

J'aurais voulu en voir plus, mais deux, à caser en si peu de jours déjà si pleins, c'était déjà bien. Surtout que le choix fut bon.

affiche film telerama1.jpg

 

 
















tn-inglourious-basterds-8100-77082518.jpg
Merci ma Fée Marraine!

 

 

02/02/2010

L'indicible

Je pars là-bas, bientôt, dans une poignée de jours. 27 en fait. Là-bas? Au Cambodge, pour être exacte.

Comment dire ce qui se passe à l'intérieur et qui remue, ténu et dense, en permanence...

En moi, une infinie tendresse pour l'histoire métisse de ce grand-père Lotus aux pouces verts, pour ce pays et ses peuples, pour ma Sœur Taupe thésarde en robe de douche malgré les serpents tabous, pour mon Pah Dhom et Douce-Louise excités comme jamais, pour nos façon de buter aussi contre ce qui ne peut s'embrasser en quelques phrases mais fonde la justesse du voyage, pour celui qui veillera notre Grand-mère Lotus en nous attendant, pour ma Porteuse d'eau et ma Fée marraine qui rendent cela possible, pour Galant Homme qui sait tant...

 

 

 

 

 

19/01/2010

lah weh!

C'était très tard-tôt, le réveillon de Noël s'éternisait par plaisir
Elle qui manquait a appelé - au bas mot une heure du matin, dans les parages un petit voisin
Lah weh, c'est ce que je l'ai entendu dire, d'aussi loin-près que possible, à travers le combiné.
Quelques jours après elle m'a envoyé sa photo pour que je puisse mettre en image cette puissante émotion sonore
Un cadeau, un vrai.
Merci à toi aussi, petit gars.
Petit voisin.JPG
crédit photo: Sœur Taupe: "Le petit voisin"
Vous avez le droit de lui dire qu'elle est douée, je transmettrai!

17/01/2010

ROUGE!

Je le voulais, ce rouge.

Je l'ai eu.

J'ai bien fait, il n'y en aura plus,

il paraît qu'il coûtait trop cher

pour un résultat trop capricieux.

Moi j'aime bien ses caprices

sur ma terre plissée fripée

assoiffée sous mes mains trop chaudes

Celui-là je le garde pour moi.

Je verrais bien des pousses vives et vertes le déborder.

PICT9118.JPG

Terre blanche lisse, modelage dans la masse, sèchage rapide pour accentuer les craquelures, émail rouge rebaptisé cœur de pigeon pour son côté palpitant. Crédit photo Akä

15/01/2010

essaimer, ou la promesse du fruit

Lady Isa,

ses expériences qui ont à voir avec la transmission, l'enfance et le partage,

mon affection avouée pour les madeleines des autres

et mon désir de planter des arbres

- nourriciers qui plus est -

sa mémoire, sa constance et sa suite dans les idées,

ma boîte aux lettre qui devient fabuleuse

me manque la terre sableuse, la terre tout court

l'âme déjà pépinière depuis longtemps

bientôt, bientôt le jardin libre...

 

Les sentez vous comme je les sens,

le germe tendre sous la neige,

la sève sous l'écorce morne,

l'œuf à venir sous les plumes gonflantes du passereau,

le chaton soyeux sous le bourgeon crispé,

la fleur de pêcher au cœur du noyau sec?

PICT9091.JPG
Merci Lady Isa!

13/01/2010

Gustave

Gustave se porte comme un charme.

Gustave en souvenir d'un rendez-vous manqué- entre Jura et Doubs,

Ma porteuse d'eau et ses filles-taupes en goguette à la rencontre de l'automne

De l'organique, du terreau, de la feuille - entre jardins cultivés amoureusement,

jardins-forêts ensauvagés à flanc de collines et la Loue pour baigner le pied des arbres

Deux jours lumineux et simples, à boire à la source de nos complicités

en croquant les noix chapardées les cancans amoureux des colverts,

la terrine de langue les dattes moelleuses les effets de miroirs

A alimenter nos aspirations et nos rêves, à les toucher du doigt

C'est bon quand il y a du jeu entre nous.

 

 

PICT9107.JPG
Gustave, pour les intimes "fille de l'air"
PICT9125.JPG
Mon amour de petit bol: terres mêlées tournées sans colorants, extraites des forêts jurassiennes, décantées et cuites au four à bois
mais pas le nom du potier, à peine persistant le souvenir de ses yeux passionnés par ces terres magiques

11/01/2010

le nez dans mes chaussettes

Le colis que j'ai reçu -il y a déjà longtemps!- pour mon deuxième swap

PICT5191.JPG
PICT5188.JPG



et celui que j'ai envoyé... avec un an de retard. Merci encore, Myriam, pour ta belle personnalité.

10/01/2010

le spleen du dimanche soir

Y a la neige, qui fait la nuit moins noire et les sons feutrés, qui scintille à faire danser les trottoirs et qui fait hésiter à aller chercher le panier

Y a l'envie d'un thé sans courage, les pieds froids et le long clavardage en famille avec ma sœur taupe du bout du monde et le sourire aux lèvres

Y a l'hibernation programmée, les fauteuils douillets, la radio allumée quand même à sept heures du soir, "pour savoir les nouvelles"

Y a la pâte à pancakes, deux œufs, lait fermenté, farine bise et la pincée de bicarbonate qui fait tout, et la confiture de lait extirpée du placard

Y a soudain la chanson inattendue, le temps qui se suspend, Galant-homme qui devine l'annonce qui laisse bras balants, cœur ailleurs

Et voilà comment des pancakes au goût de la vie-demie-teinte-du-dimanche-soir deviennent un hommage à Mano.

C'est drôle, on l'a chantonné-écouté tout bas toute la journée du 1er.

Mano+Solo+manosolo05rgb.jpg

 

 

 

 

 

Mano Solo

09/01/2010

Savon, savonette, y a-t-il quelqu'un dans la savonnette?

 

PICT9029.JPG

Merci ma fée marraine!

Pour ça, et pour le reste. Tu le sais bien, va.

 

07/01/2010

Et rond et rond, ou voilà, voilà/ me revoilà

PICT9021.JPGDe toutes petites bricoles

Comme elles me plaisent!

L'une ira sur mon chapeau

celui que j'ai trouvé dans le caniveau

l'autre ira ici ou là

pour réhausser ceci cela

Et les petits aimants

rejoindront bientôt un bébé... charmant!

Merci, Emma.

 

 

 

 

 

 

20/11/2009

Ma laine!

Choisie avec ma fée-marraine qui voulait me vêtir d'un petit gilet de bergère frileuse

Endormie quelques temps au fond de sa cave pour cause de créativité bloquée, mais comment lui en vouloir?

Et puis le souvenir de ces couleurs moelleuses a pris le dessus.

Et puis Lululibellule m'a généreusement envoyé des modèles de débutante à me mettre sous la dent.

Et puis la bergère est encore plus frileuse quand il fait froid!

Et puis ma fée marraine, Galant-homme et moi, on s'est mis à trois pour résoudre un problème mathématique de première importance.

 

PICT9031.JPG

Soit un échantillon au point de sable

Soit donc un rang endroit, un rang jersey, un rang endroit, un rang jersey

Soit 19 cm de largeur pour 7 cm de hauteur = 6,80m

Soit 6 pelotes de 40m de long

Soit un dos de 45 cm de large

Quelle longueur de gilet obtiendra-t-on avec la moitié du nombre total de pelotes - moins de quoi faire le col?

Réponse: on ne s'en soucie guère, il suffit de tricoter deux pelotes et demi pour le dos et autant pour le devant,

il en reste une pour le col et peut-être une poche ou deux!

 

PICT9034.JPG

Elle est belle...

 

 

 

 

 

 

 

19/11/2009

Un chiffre rond et un temps pour les mains innocentes

EDIT de mardi 24:

le col du fémur d'une Grand-mère Lotus et 450km plus tard, sans compter une embauche imprévue et des tas de choses à faire dans l'intervalle, le tirage au sort est reporté, juste un peu, à... dès que j'aurai un moment!

.

.

.

Visiteuses, visiteurs...

Merci pour vos petits mots doux...

Marie les bas bleus, chanceuse, tu as posté le 700ième commentaire,

ton oubli avait donc un très bon côté!

Une façon inattendue de te remercier pour le pas à pas que tu m'as dédié!

Quant à la main innocente, elle accomplira son ouvrage dimanche soir:

encore un peu de temps pour murmurer à mon oreille virtuelle...

En priant le hasard de bien faire les choses?

PICT8764.JPG

"La minette"de combat en dévotion (faites que la porte s'ouvre), crédit photo Akä

.

.

.

Edit de tout de suite après: la très habile Florence sera à Lyon avec tous ses trésors ce weekend:

6a00d8341c9ea053ef0120a6a77938970b-320wi.jpg

10/11/2009

Une fée

Allison, son talent, son éthique et sa gentillesse, attirent irrépressiblement la sympathie et la générosité.

Je lui ai fait parvenir de toutes petites bricoles qui pourraient peut-être lui être utile, plus qu'à moi.

Et voilà que dans ma boîte aux lettres quelques jours après, il y avait un petit paquet enchanteur:

PICT8639.JPG
PICT8641.JPG
PICT8643.JPG
PICT8645.JPG
PICT8646.JPG
crédit photos: Akä




Merci, merci Allison!

01/11/2009

Des révolutions terrestres et de leurs effets sur ma curiosité

In extremis, réaliser que mon jardin virtuel, cet ailleurs paradoxal, intime et ouvert,

cet espace qui m'a permis de me préserver durant ma dernière année d'études,

cela fait deux ans tout pile que je l'ai trouvé, créé, investi,

pas toujours assidue, mais toujours fidèle.

Pour vous remercier de faire vivre mon petit coin d'(e)toile,

tous - les rares- et toutes - les innombrables;

toutes - les bavardes- et tous - les silencieux;

tous - les inconnus- et toutes - les familières...

... êtes invités à m'offrir en commentaire

le pourquoi vous êtes là...

le souvenir de votre visite,

plus tangible que ces chiffres statistiques improbables.

La chance désignera celui ou celle qui recevra un petit présent de terre et d'engobe.

Et puis, si l'un de vous parvient au 700ème commentaire,

ce sont deux petits présents qui vous rejoindront bientôt!

PICT8525.JPG
MERCI!
crédit photo: Soeur taupe

 

30/10/2009

D'émail et d'engobe

Premier cours.

On est deux, trois, on n'ose pas rentrer sans être invité. D'autres, si, alors on les suit.

Les anciens, tu vois, ils snobent un peu les nouveaux, mais ils tendent l'oreille et ils glissent l'oeil pour voir, sait-on jamais, si un visage ou la forme d'un bol leur plairait.

La prof, elle est simple; elle est à son affaire. Un peu lente, un peu vive, débordée, la pièce est si petite et les ignorances si avides. Elle se répète. On se dit, on ferait bien d'être à l'heure sinon on va croire qu'elle radote.

Terre blanche, terre chamotée. La boule compacte et sans bulles. Les pouces pour creuser, les autres doigts pour tourner autour sans tour, tour de main pour sentir les épaisseurs.

Estèque. La lisse, tu vois, pour poncer l'intérieur et lui donner partout la même épaisseur. La dentelée, pour s'amuser, faire vibrer la matière.

Engobe. C'est l'émail rouge qu'on voulait, mais ce serait griller les étapes il paraît. Alors va pour l'engobe turquoise, s'il te plaît. On n'ose pas dire que les couleurs, ce n'est pas ce à quoi on s'attendait. On échaffaude des plans improbables pour se procurer le beau vert de feuille toute neuve qu'on a vue chez une qui fait des merveilles, la modeste, la silencieuse et généreuse qui vient fureter quelques fois ici, on le sait, c'est elle qui l'a dit.

On se rappelle le beau contraste des sédums sur la terre noire -la rouge aussi; le raku craquelé, velouté, désiré;  la porcelaine sans apprêts, toute simple et nue et tellement fine que le soleil la traversait comme dentelle; on range tout ce méli-mélo de mémoire soigneusement quelque part par là, entre les outils tous neufs, la vieille brosse à dent et le demi-pain de terre blanche lisse qu'on s'est résigné à acquérir, en attendant. On n'arrête plus d'imaginer "ce que ça rendrait", et on reprend dans la poubelle le picot de buis échappé de la brosse à cheveux fatiguée, trop vite évacué. On se dit "il me faudrait une boîte". "Il me faudrait un carnet". "Il me faudrait telle teinte".  "Il me faudrait un avis -éclairé, ou sincère, c'est tout comme". "Il me faudrait... la patience". On voudrait tant être doué.

En attendant, on part toujours en dernier, juste avant la prof, parce qu'on n'a jamais su faire autrement, et puis ranger ce que les autres ont fui, feignant de ne pas voir, ça ne fait pas peur. Le bus ne passe qu'à et vingt, de toute façon, et il fait froid dehors.

Le rythme bousculé du cours trop plein est aussi celui du four qui cuit à tour de bras. A peine achevé le premier bol-exercice que déjà cuit, recuit, rapporté comme une preuve, exhibé avec la fierté de l'enfant qui trace pour la dixième fois de son existence, son prénom, même si c'est de droite à gauche, parce qu'il ne s'est pas trompé, juste le N qui est inversé mais ça ne compte pas, puisque dans un miroir il serait à l'endroit.

PICT8415.JPG
PICT8416.JPG
PICT8417.JPG
crédit photos: Akä
terre blanche chamotée modelée dans la masse - motifs à l'éstèque dentelée - engobe turquoise - émail transparent


28/10/2009

Silence...

Petit peuple végétal qui d'un côté de la vitre comme de l'autre, s'épanouit sans bruit,

PICT8345.JPG

fruit d'échanges,

PICT8350.JPG

de présents merveilleusement résistants, re-nés de la souche que l'on croyait définitivement desséchée,

PICT8367.JPG

de germinations spontannées,

PICT8382.JPG

de rapines au flanc des murets et rocailles...

 

PICT8371.JPG

de petits prélèvements innocents,

 

PICT8379.JPG

traces d'une transmission inconsciente... qui ne l'est plus grâce à ma soeur Taupe,

 

PICT8372.JPG

d'acclimatations réussies...

 

PICT8375.JPG

Microcosme du discret foisonnement de la vie

 

PICT8369.JPG

invisible pour qui ne sait se pencher.

 

PICT8358.JPG

Pousse toute neuve, faussement fragile, faussement solide, qui crève la surface lisse et bientôt écarquillera ses boutons renflés.

PICT8342.JPG

Bourgeonnement moutonneux,

 

PICT8365.JPG
germes érigés, invités autoproclamés (mais si, là, tout à droite).
PICT8377.JPG

Que font là ces prémices d'iris miniatures, écervelés vestiges d'une plantation de l'an passé qui n'a au printemps rien voulu donner?

Il gèle presque et je n'aurai eu le bonheur de leur bleu ni en la saison prévue, ni en celle qu'ils ont choisie tous seuls. Mais celui de les surprendre pointés hors de terre, grimpés à l'assaut d'un ciel inclément, n'en vaut pas moins.

 

crédits photos: Akä

sedums sauvages, sedums de pépiniéristes, joubarbes, orchidée phalaenopsis et charmantes inconnues

 

 

26/10/2009

Houhou

Il y a quelque temps, Galant-homme et moi avons eu la bonne idée de passer deux jours délicieux en compagnie fort agréable et en montagne, dont nous avons ramené quelques provisions pour l'hiver  et de quoi se faire une fabuleuse fricassée de bolets, pieds de moutons et chanterelles. Avec une petite escalope de foie de veau ce fut une merveille.

Il se trouve qu'en passant chez Mademoiselle Caroline, j'avais été alléchée par l'annonce des journées portes ouvertes de l'atelier Polkadot, sur le thème des rapaces nocturnes (parce que c'est chouette, comme fil conducteur!).

Un moment charmant, le soleil sur les feuilles d'automne à travers la baie vitrée, la clarté dans l'atelier accueillant, J'ai un peu tiré, un peu poussé, et les hommes se sont atablés pour pétrir la terre, sans trop se faire prier finalement.

Ma chouette maquillée et son hibou masqué, oeuvres en rouge et sur la tablette en haut à gauche, sont à voir chez Laurence. Quant à y voir un autoportrait symbolique, sachez que je ne me maquille presque plus depuis que j'ai appris à le faire correctement. Bien trop long. Mais au moins, maintenant, je sais.

Le lendemain, je faisais une magnifique découverte en cherchant les fameux bolets, que dis-je, les bolets fameux. Galant-homme qui avait senti venir le vent se trimbalait l'encombrant appareil photo dans le sous bois pentu. Il s'est tant repu - en images! -  que nous avons failli le perdre, si l'on peut perdre quelqu'un lorsqu'on progresse en parallèle d'une route de montagne qui se trouve à vingt mètres en contrebas.

 

PICT7780.JPG
crédit photo: Galant-homme