Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2007

courge butternut confite au four

Dans mon panier, un jour, j'ai trouvé une grosse courge butternut. En fait c'est même un peu moi qui l'y avais mise parce que ce dimanche-là, nous étions de journée jardin, et que c'est nous qui les avons récoltées et entreposées en attendant le temps de la répartition. Bref. l'important c'est la courge. Donc, je l'ai conservée telle quelle dans ma cuisine, sans soins particuliers, en demandant périodiquement à mon cher et tendre les résultats d'une inspection en règle. Comme ça d'octobre jusqu'à juin. A force, le suspens devenait intenable et nous avons cédé. Bref. L'important c'est la façon. J'avais décidé de la servir avec une rouelle (qui a fini mangée, oui, mais trop cuite, aussi). J'ai préparé une marinade costaude pour la rouelle, puis, au moment d'enfourner, j'ai tout collé dans le même plat et hop au four une heure. Oui, maintenant tout le monde a compris que la rouelle avait des raisons d'être trop cuite. Et c'est là que ça devient intéressant: maintenant, je fais la butternut sans la rouelle, mais avec la marinade. Par contre, j'ai toutes les peines du monde à trouver cette variété (la seule courge dont je raffole réellement. Coup de foudre à la première bouchée! En plus, j'ai trouvé LA cuisson qui permet de sauter l'étape cruciale du choix entre égouttage toute une nuit ou goût de flotte assuré) au marché (cette année notre jardin a eu ben du mal à nous donner des courges, de quelque variété que ce soit, bah oui ma ptite dame, y a pu d'saisons!) et quand j'en trouve elles ne se conservent pas DU TOUT. Voilà pourquoi ce plat, que je me préparais à faire découvrir à mes soeurs et mon beau frêre pour Noël, a été gâché par de la courge spaghetti pas du tout à la hauteur. Bref. L'important, c'est la recette. J'y viens. Mais non, il est pas hâché, ce billet. Le goût, c'est aussi dans les histoires (si si. Ok, ça dépend quelles histoires!). 

Voilà voilà:  

-Détailler une belle courge butternut en dés, ôter la peau et les graines.

-Mélanger dans un plat à four une cuiller à soupe de moutarde forte, trois ou quatre d'huile d'olive, une de sauce de soja fermenté, une pincée de gingembre, une de fleur de sel, du poivre fraîchement moulu, toutes les herbes qui vous passent sous la main, les plus provençales possible, une gousse d'ail pilée, une ou deux feuilles de laurier, mêler intimement(j'adore cette expression) avec les dés de courge,

-Enfourner à 180°C pendant une heure en mélangeant de temps en temps, et en couvrant d'un papier alu si le déssèchement fait mine de vouloir s'inviter. Il est possible que la chair finisse par s'effondrer en purée, surtout si vous faîtes réchauffer, mais en principe il ne devrait pas y avoir beaucoup de restes. Sinon appelez-moi, j'adore racler le plat!

08/12/2007

mon top trois thés (TTT)

Mon top trois thés à moi, le voici le voilà:

 

Fête des lanternes, de chez Cha Yuan, un thé vert parfumé (je ne sais même pas à quoi, c'est pas glorieux!) doux et fruité, parfait pour la nuit tombante avec une bougie allumée, une couverture douillette sur les pieds, et Louis armstrong pour nous bercer... 

Le merveilleux thé vert à la menthe du jardin de ma copine Chrichri, avec un petit manteau brodé sur la théière et des verres ornés à l'orientale, du coup je ne le bois que chez elle mais c'est si bon! 

 

N'impote quel thé à la bergamote qui me tombe sous la main, en ce moment c'est du earl grey de Lipton parce que ma belle mère m'en a donné une boîte... Je me pâme pour le parfum de la bergamote. (il y a quelques mois, c'était pour le laurier... pas pratique sous forme de thé, heureusement, ce n'est pas le même usage) 

 

 

 

 Et en bonus, mon top infusions à moi:

la badiane sucrée, infusée longtemps longtemps, anisée, gourmande, originale, bref incontournable!

l'infusion Mexique de Lipton, pour son goût de moka-canelle, sans l'amertume du café ni les palpitations... C'est tout fait, c'est industriel, mais ça me donne l'impression de croquer dans un grain de café doux, alors je ferme les yeux pour cette fois!

 

 

20/11/2007

velouté d'épinards au "boursin" maison (à pas cher!!)

Dans mon panier, chaque semaine, je trouve en cette saison très souvent une portion d'épinards impressionnante et même si j'adore les cuisiner à l'étuvée 5 minutes puis mijotés encore autant avec de la crème entière (il paraît que les épinards sont si pauvres en calories qu'il n'y a pas à lésiner sur la crème, ce qui remonte parfois le moral!!), au bout d'un moment, c'est sympa de varier, d'autant que cette cuisson ne fait pas de profit, comme on dit chez moi. Et pour le boulot que ça donne de nettoyer soigneusement un kilo de ces charmantes feuilles terreuses, c'est sympa quand ce n'est pas avalé en deux bouchées...

Par ailleurs, j'ai goûté il y  a longtemps à une soupe toute prête trouvée au rayon frais, dite épinards au boursin, j'avais trouvé ça délicieux, quoiqu'un peu trop salé. Après avoir fait plusieurs essais, avec une boîte de la-dite marque, puis avec des fromages ail et fines herbes de sous-marque, mais cela n'avait jamais assez de goût, ou alors a me coûtait une fortune à l'épicerie. Heureusement, j'ai trouvé l'astuce:

 

 

pour un kilo d'épinards frais (ou surgelés si on a la flemme de les nettoyer!), et pour trois ou quatre convives:

-une ou deux pommes de terres

-un litre de lait ou un demi litre plus une brique de crème fraîche

-trois gousses d'ail

-un bouquet de fines herbes variées

-une pincée de gros sel, du poivre 

 

 

Je fais cuire mon kilo d'épinards bien lavés à l'étouffée cinq minutes avec deux cuillères à soupe d'eau et un couvercle, les feuilles doivent se ramollir en restant parfaitement vertes.

J'ajoute une pomme de terre cuite dans un demi litre de lait entier (que j'ajoute aussi), trois gousses d'ail hâchées, des fines herbes que j'ai sous la main (persil, ciboulette, aneth...), une pincée de gros sel marin et quelques tours de moulin à poivre.

Je mixe, j'ajuste la consistance avec du lait chaud si besoin, ou de la crème pour les gourmands, du sel mais généralement il n'y en a pas besoin.

Attention, j'ai appris récemment que les épinards ne doivent pas être réchauffés, ils s'oxident très rapidement et deviennent toxiques pour le foie. 

Avec deux tartines de pain grillé frotté d'ail, c'est pas socialement formidable délicieux. Et voilà!!