Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2012

Inventaire incomplet

Un hérisson, des musaraignes (si le chat aux yeux d'or en épargne quelques-unes), une sitelle torchepot (oui!!), un couple de mésanges nonettes, un pinson, quelques crapauds, des poules faisanes qui nous ont surpris en venant se poser à quelques mètres de nous, en pleine plantation de groseillers à maquereaux, des écureuils, une coccinelle et un bourdon, un couple de pics épeiche, un soupçon de grive musicienne, une chauve-souris... et hier soir, le premier moustique...

 

Des jonquilles, perce-neige, scilles, primevères, jacynthes, crocus, violettes, et les bourgeons du cognassier du japon qui se gonflent. Dans un vase, trois branches de forysthia ont éclos leurs étoiles jaunes.

 

Déjeuner dehors deux fois cette semaine, ne faire une flambée que le soir venu et remiser les bouillottes.

PICT4407.JPG

 

PICT4452.JPG

PICT4463.JPG

PICT4475.JPG

15/03/2012

Où l'on rencontre un couple qui sort de l'ordinaire

J'avais décroché un petit boulot de manutention en librairie indépendante, sur une candidature "au culot" qui avait plu à la libraire, grâce à une expérience en boutique détaxée à l'aéroport voisin - mais à mille lieues de mon caractère.

Quelques mois après, j'avais été accueillie par mes collègues libraires impatients de me montrer un ouvrage reçu la veille, lequel ne pourrait que me plaire.

J'étais évidemment tombée sous le charme de ce livre, et un curieux enchaînement de circonstances m'avait conduite à le proposer quelque temps plus tard à la sélection du Coup de coeur environnement, dont je rejoignais bientôt le jury comme représentante de "mon" jardin.

Mon coup de coeur avait séduit les autres membres du jury et le prix lui avait été décerné.

Je m'étais tenue discrète pendant la remise du-dit prix; avais longtemps couvé le désir de voir ce jardin en vrai, d'en apprécier les textures, les couleurs, le relief.

Ce fut un autre concours de circonstances qui nous conduisit, Galant Homme et moi, à inscrire le jardin du Marais comme escale sur la route de nos vacances estivales. Ce jardin est magnifié par la générosité de ses jardiniers - la verve passionnée du taiseux, la simplicité et l'honnêteté de la démarche.

Cette histoire leur a plu et, cadeau de bienvenue, nous nous sommes retrouvés tous les deux avec un plan griffonné sur un coin de feuille, à guider une barque étroite sur les canaux peu profonds du marais briéron, à la tombée du jour; déambulation silencieuse à l'affût des ragondins, des criques aux fées qui creusent la berge herbue, des grands tournoiements froufroutants de la cigogne en train de se poser derrière un rideau de joncs. Nous avons ramé ensemble, dans la quiétude du soir, depuis le port de Mintre jusqu'aux piardes; le niveau de l'eau était trop bas pour les visiter mais quelle vue, quelle beauté!

PICT3278.JPG

PICT3294.JPG

 

PICT3324.JPG

PICT3339.JPG

Je me prends à rêver d'y retourner.  De nouveaux rebondissements dans la vie d'amis chers à nos coeurs les a amenés à s'installer de l'autre côté du marais peu avant le solstice d'hiver.

Curieux détours de la vie qui mènent parfois nos pas là où il fait bon les laisser nous porter.

 

1231950948.jpg

 

Les affranchis jardiniers, un rêve d'autarcie, par Annick BERTRAND et Yves Gillen

Un témoignage particulièrement vivant, probablement du fait de sa cohérence, de sa simplicité, de sa sincérité, sur un mode de vie décroissant soudain évident; un fil rouge: le respect en toute chose.

Une démarche qui grandit au fil du temps, le partage et la générosité comme points d'orgue.

...

Parmi la sélection du coup de coeur environnement, à l'initiative de  la Maison Rhodanienne de l'Environnement, figuraient notamment trois titres qui m'ont plu:


 

Darwin.jpg


Darwin, c'est tout bête, par Marc GIRAUD, naturaliste et journaliste, auteur de documentaires animaliers et chroniqueur radio.

Ça commence avec des anecdotes, c'est ludique et accessible mais peut-être un brin artificiel, et on se demande un peu où ça va comme ça, et puis, de l'une à l'autre, on se prend à les raconter à son tour au voisin, et au final, on comprend mieux la complexité du vivant, l'interdépendance avec la biodiversité, les enjeux de sa -et donc notre - préservation.  Et puis ça remet les choses à leur place, ce qui fut dévoyé, ce qui fut oublié, et on comprend mieux aussi l'histoire de la science et l'histoire de l'humanité... En exergue, l'idée de Darwin qui m'a sans doute le plus touchée, retranscrite de mémoire et non textuellement: "Le sommet de l'évolution, c'est la civilisation, parce qu'elle protège les plus fragiles".


 

papa-et-maman-sont-dans-un-bateau.jpg


Papa et Maman sont dans un bateau, par Marie Aude Murail (jeunesse):

Une très agréable écriture, vive, humaine, pleine d'humour et d'émotions. Une idée intéressante pour parler d'écologie au détour des ressources humaines, dans un esprit de revalorisation et de réconciliation...


 

antimanuel d ecologie.jpg


Antimanuel d'écologie, par Yves Cochet

Lu très lentement, mais avec l'envie de le prêter au plus grand nombre de personnes possible, pour la limpidité des informations, l'articulation logique d'éléments souvent pris séparément, la vision globale et aiguisée.

 

04/03/2012

Quand la terre me saute au cou

L'idée avait germé de décliner les petites bagues simples, de multiplier ces disques-mondes miniatures, de les assembler, de trouver une façon de les porter qui ne mettrait pas en péril leur intégrité. Les disques bruns auraient dû sortir vert pomme, mystères de l'émail en fusion qui bifurque à sa guise à cause de l'approximation humaine... Qu'importe, il me plaît!

Ce fut une des dernières réalisations avant l'été, très vite rangée dans un carton en pièces détachées, bien que j'aie pris soin avant de quitter la grande ville de m'approvisionner en petit matériel.

Depuis, tous les cartons n'ayant pas été déballés, je n'avais pas remis la main dessus... jusqu'à la semaine dernière, où lubie m'a prise d'améliorer les choses de ce côté, et de me remettre en che...main.

PICT4233.JPG

idée, réalisation et photo: Akä, monture: La Droguerie

Il tombe parfaitement, lourd sur la gorge, frais, plaisant. Seule anicroche, je n'ai pas confiance dans le fermoir que m'avait conseillé la vendeuse, j'ai peur qu'il se défasse et que la terre se brise en chutant, il me faudra trouver quelque chose de plus résistant.

J'aimerais en faire d'autres, associer des coloris d'émaux, tout simplement... Peut-être finirai-je par façonner directement sur la table du salon, quitte à cuire et émailler de loin en loin... Peut-être...

01/03/2012

bénéfices secondaires

Un soir, j'avais glissé un pied dans mes merveilleuses charentaises et l'en avais retiré promptement pour y découvrir la cause de l'inconfort: quatre noisettes. J'avais soupçonné mes neveux, venus quelques jours auparavant pour la soirée mondage, de devenir farceurs. Galant Homme avait beaucoup ri de mon récit, n'y croyant qu'à demi. Deux jours plus tard c'est lui qui trouvait des noisettes dans ses godillots de travail chaussés qutoidiennement; son rire fut encore plus généreux - il me croyait tout à fait désormais. Réflexion faite, j'avais porté les pantoufles dans l'intervalle, les neveux étaient blanchis.

Rentrant tard un soir, j'avais entendu graboter dans le tas de bois; puis avais été réveillée au milieu de la nuit par un léger remue-ménage en provenance du tapis roulé, dressé dans un coin de la chambre. Galant-homme l'avait soulevé le lendemain, pour y découvrir un joli butin des mêmes noisettes. Le matin suivant, bien avant l'aube, attablé à son petit déjeuner, il avait aperçu la trottineuse -minuscule, avait-il dit.

Grand-mère Dragon avait tempêté sur le thème tapettes et mort-aux-rats.

J'avais refusé. Il devait bien y avoir un moyen d'éviter de semer des petits granulés "rouge menace" un peu partout pour protéger mes noisettes...

PICT4161.JPG

Quatre jours chrono.

Efficacité prouvée.

Il est merveilleux de curiosité, de douceur, de facéties.

Et ce n'est que le petit bout de la lorgnette.