Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2010

La boucle, ou le parfum des oeufs à la neige

En mai mes pas me ramenaient là où j'ai vécu, là où j'ai achoppé, sous l'injonction joyeuse de l'institution qui me missionnait et l'ignorait en beauté. Inattendue retrouvaille du bourg de mes années d'écolière, tant d'angles insoupçonnés - superbe début d'été.

La route maigrelette, le dos rond de la colline, miroitement bleu du champ de blé, avoines échevelées, flaques carminées des coquelicots sous le vent léger. L'aspect si verdoyant de la courte montagne, de la vallée trop habitée, vues depuis là-haut. Les trajets lumineux entre les ondées, sous les cieux changeants comme s'ils étaient bretons.

Me sentir mûrir au rythme des blés, adorer prendre seule la route pour aller travailler, pour la première fois de ma vie réellement aimer conduire, et pouvoir profiter seule.

Le lièvre au talus, l'oiseau à la haie, l'orchis sauvage aux franges du goudron, et plus bas, au sineux de la route, les potagers ouvriers, simples opulences soignées à me faire frémir d'envie.

Saisir au bond l'occasion, apaiser les vieilles visions douloureuses, en accueillant le neuf et le fier d'aujourd'hui, et sans rechigner me sentir pour la première fois attendue et reconnue dans mon métier, que je commence à peine d'exercer, et ça fait du bien d'autant plus que cela vienne en ces lieux-là.

...

Souvenir d'une vieille amitié que j'espérais profonde et fidèle; balade solitaire dans l'attente indécise, aux portes de l'ami perdu. Myriade de libellules: éclairs bleu nuit - bleu roi - bleu lagon dans les flaques de lumière du sous-bois. Petite musique douce-amère des embrassades, du récit que l'on s'offre de part et d'autre, en s'excusant de ne pas avoir que du lisse, du beau lisse enviable, optimiste, à montrer. Le temps du piano comme un don, confiance retrouvée; le beau profil inconnu: avec l'âge, à l'ami s'accroche une douceur neuve, moins peut-être le besoin de se cacher?

Et moi? Qu'ai-je donné? La témérité de l'appel après des années? La sincérité, même triste? La fidélité opiniâtre? L'espoir et l'accueil? Sans doute...

...

Après celles-là, d'autres retrouvailles un peu bancales et chaleureuses, ma joie rassurée d'être pour l'instant guérie de ces maux-dites-tiques; m'agiter quelques jours, du matin au soir en cuisine: joyeuse et déterminée. Deux qui n'ont de cousins que le nom, mais dont l'esprit est frère. Touchée des délicatesses, des intérêts non feints, de l'authenticité des souvenirs, orchestrer un atelier "oeufs à la neige", trois générations confondues - curiosité, partage, transmission. Comment mieux témoigner du passé, de l'avenir, de ces actes les plus simples qui nous humanisent en plein?

...

Pour des oeufs à la neige de Grand-mère Dragonne aux pieds de plomb

Monter à la main avec un fouet en spirale 6 blancs d'oeufs - très fermes.

Mettre à chauffer dans une casserole un litre de lait, une ou deux gouses de vanille fendues, un peu de sucre au goût.

Y pocher les blancs quand le lait bout doucement, les réserver à l'écumoire dans un grand saladier, à la fin les égoutter pour ne pas laisser perdre la moindre goutte de lait.

Touiller les jaunes dans une jatte puis verser le-dit lait doucement sur les-dits jaunes, en remuant avec une cuillère en bois.

Transvaser ce mélange dans la casserole, remuer énergiquement en appuyant sur le fond avec la cuillère en bois, en retirant du feu si l'ébullition menace, jusqu'à épaississement de la crème - voilà bien l'étape la plus délicate!

Verser la crème dans une passoire doucement sur les blancs.

Mettre à fondre dans une petite casserole bien propre une dizaine de morceaux de sucre blanc, en mouillant éventuellement avec un fond d'eau. Quand le sucre est pris en caramel, et avant qu'il ne brûle, verser prestement le caramel sur les blancs, puis remettre un peu d'eau dans la casserole pour ne pas laisser perdre de caramel.

Mettre à reposer un moment, puis réserver bien au frais, sur le marbre de la desserte, à côté de la mousse au chocolat de mon souvenir - servir le lendemain.

 

 

15/11/2010

Escapade

Le plaisir de partir en exploration, sans l'avoir planifié, un autre dimanche - de plein été celui-là, avec pour vagues excuses qui un projet d'orientation professionnelle, qui une passion pour les fibres végétales, qui de vieux souvenirs d'aspirant, qui le désir d'être ensemble.

Et dans l'escarcelle, Matières à cultiver à la cité du Design, puis une édifiante visite du musée du tissage, grâce à l'appétissante expo Tissons nature.

 

Merci vous qui!

 

Prochaine escale: le jardin des plantes à couleurs...

10/11/2010

Poetry

 

C'est un moment un peu suspendu, où s'intriquent avec une honnêteté intellectuelle simple et belle le sublime et l'atroce, ce qui élève et ce qui déchoit l'humain. Difficile de ne pas me laisser surprendre par la ressemblance de l'actrice avec Douce Louise en ses moments de gravité. Difficile de ne pas me laisser toucher par la lutte solitaire, par la quête de sens d'une femme abasourdie et perdue et fière devant l'insondable indifférence de ceux qui l'entourent, devant l'entière question de la          mémoire et de ses faillites. Merci Pah Dhom pour le partage.

05/11/2010

Le dimanche

Pourquoi on tergiverse pendant dix ans pleins, pourquoi un jour on réalise le projet sans l'avoir prémédité, quel mystère! Et quand on retrouve là-bas, bien établi, le brocanteur d'en bas de chez soi, l'effet est étonnant!

Elles étaient bien, les puces du canal l'autre dimanche. On ne le savait pas, c'était un drôle de jour pour les découvrir, un jour anniversaire: rumeur de la foule, bruits des moules de tôle, des assiettes antiques antrechoqués, des conversations sur la cote et la décote, dans l'odeur des abats grillés sur la plaque et de vieille poussière de bois.

Une borne à incendie, un établi piqué, une belle porte vitrée à deux battants - imposte en demi-cercle, l'enseigne du cinéma foch et celle de la fromagerie, un triporteur et un tandem, une épicerie rétro pour enfants qui me rappelle de longues heures de jeu dans la cabane-des-filles; partout les bols de grand-mères, 32 boîtes au lettres solidaires en beau chêne ciré sans étiquette de prix, une profusion de meubles de classement métalliques-en bois-à casiers-à tiroirs-à clapets, un extraordinaire landau noir à capote et là, en trois tailles, le gaufrier en fonte à coeurs de nos souvenirs de vieilles taupes, celui qu'elle a croisé au Cambodge!

C'est lourd, un gauffrier en fonte, même le plus petit, je me demande bien comment faisaient les maîtresses de maison pour soulever sans faillir ces faiseurs de papilles heureuses. Soeur taupe, c'est juste la bonne saison pour profiter de la cuisinière à bois et tester la résistance de nos petits poignets!

03/11/2010

gourmandises

Savourer la rencontre d'une délicieuse grenouille et sa grenouillette, autour d'une non moins délicieuse glace citron-basilic, concrétisation estivale d'un petit troc à base de patron de robe et pochette à croquer contre petit pot rouge à ma façon...

 

PICT1324.JPG

Un joli moment, merci à toi Flo!

 

 

glacier-salon de thé LES ENFANTS GATES  

3, place Sathonay - 69000 Lyon

Tél: 04 78 30 76 24

.

.

.

Flâner dans les ruelles escaprées de Pont Croix avec ma Porteuse d'eau, m'arrêter devant une porte pour examiner une plante fleurie dont j'ignore le nom. Voir la porte s'ouvrir sur une charmante dame croisée par ma Porteuse d'eau des années auparavant, onverser tout simplement, oser lui demander le nom de la convoitée, et repartir avec un savon galet parfumé à la noix de coco, un mot à rouler sur ma langue avec délices (balsamine), et un moment charmant à garder au coeur en mémoire des générosités humaines.

.

.

.

Goûter sur les rochers de Saint Gué avec délices et les Luny's de mon coeur, en me revoyant au même âge - grimper-courir-sauter-vaincre le glissant du granit et gagner de vitesse le ressac à l'aisselle des roches.

Les emmener au creux des bois surprendre les fées sous la pluie, savourer les petits yeux qui pétillent.

Essayer une recette approchante il y a deux jours, échec total (même pas mangeable!), il faudra chercher encore avant de s'approprier une telle merveille...

 

PICT1325.JPG

craquant aux algues, fabrication artisanale, la Craquanterie, Tréguier