Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2010

Monomanie bichromatique

Et hop! La preuve qu'il est réussi, même en format classique!

IMG_2075.JPG

Commentaires

quelle torture tu nous infliges donc, à cette heure où le repas est déjà loin, avec cette vision !
et donc tant mieux si tout a bien traversé la période dangereuse du séchage (il me semble que tu disais que le pourrissement guettait, ou je me trompe ?)

Écrit par : papelhilo | 21/06/2010

Mais nous n'avions aucun doute sur la réussite de ton projet. C'est extra !

Écrit par : le lézard | 22/06/2010

En plus, ce sont de grandes tranches ! Appétissantes comme tout ! hummmmmm !

Écrit par : poesie | 24/06/2010

Bonsoir Akä,
J'ai bien eu ton mail et je te tiendrais au courant promis..
Très sympa cette idée de livre voyageur...Je connais l'idée depuis que mon fils était au lycée, mais on les laisse dans des lieux publique...
Bonne soirée bizzz

Écrit par : Nany | 24/06/2010

Dommage, j'arrive après le festin, il ne doit plus en rester de cette petite merveille sèche à souhait, snifff.

Écrit par : ciorane | 27/06/2010

Hummm...
Quelle délicate sensation sous ma langue gourmande à la vue de cette photographie !

Écrit par : rouilla | 30/06/2010

Bonjour,
Vous parlez de salpêtre en conservateur de saucisson. Mais autrefois, on conservait les saucissons sous la cendre. Pouvez-vous nous donner des précisions ?

Écrit par : Jean | 19/12/2014

Bonjour,
considérez ma réponse comme tout à fait empirique et basée sur une expérience de non-professionnel.
Nous avons testé la conservation du saucisson sans salpêtre et sous la cendre, le gras des saucissons rancissait assez rapidement, en 4-5 mois. Idem au congélateur.
J'ai lu dernièrement qu'un charcutier de Savoie ou Haute Savoie finalise un procédé permettant de supprimer le salpêtre et les autres conservateurs chiiques habituellement employés en salaisons. J'imagine que son procédé repose sur une hygiène parfaite, une utilisation des épices pour leurs propriétés antiseptiques, un séchage utlra précis... Et qu'il ne partagera pas ses secrets de fabrications si facilement!
Pour notre part, nous utilisons un tout petit peu de salpêtre dans notre recette (les dosages préconisés par les fabriquants sont déjà minimes, mais nous les diminuons encore) afin de ne pas perdre les 60kg de matière première que nous transformons désormais chaque année (nous transformons pour notre consommation personnelle et pour offrir à notre entourage, plutôt qu'une babiole inutile!). J'ai du mal avec l'idée d'introduire un produit chimique et déconseillé pour la santé, mais pour le moment nous n'avons pas trouvé d'autre solution. Notre objectif étant de transformer une ou deux fois dans l'hiver, et de tenir l'année complète. Pour une consommation à plus court terme, sans désir de conservation prolongée, je suppose que l'on peut s'en passer. Par ailleurs notre cave est assez humide, et les essais de transformation sans salpêtre que nous continuons à mener sur une petite quantité de saucisson n'ont pas séché normalement, sont devenus poisseux, ce que ne nous plaît pas beaucoup.
J'espère avoir répondu à votre question.
La conservation prolongée "idéale" restant à mon avis le sous-vide, après séchage optimal. Une simple atmosphère contrôlée (saucissons glissés dans des bocaux à stérilisation et coton enflammé avant de refermer prestement le bocal) fonctionne parfaitement.

Écrit par : Akä | 20/12/2014

Les commentaires sont fermés.