Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2010

Nouvelle fournée

Aujourd'hui vous ferez une boîte. Dans la masse, avec un couvercle inclus dans la forme.

Bon. Je n'aime pas trop les boîtes. J'aime les bols, les grands, les petits, les tout-ce-qu'on-veut, mais les boîtes...

Tourne en rond. Réfléchis. Furète dans les vieux exemplaires du magazine de céramique empilés dans l'armoire de collectivité.

Peu de terre pour une petite boîte, au moins elle ne sera pas grosse!

et puis laisse-la cette terre guider les doigts, puisque c'est ça que tu aimes!

Malhabile petit creux d'argile blanche imitant un amour en cage, dont le chapeau tient en équilibre instable sous un émail qui se donne des airs de passé au pinceau - je l'ai trempé pourtant, quelle coquetterie déplacée l'a piqué! On verra après la cuisson...

Cours suivant.

Aujourd'hui vous ferez une boîte. Au colombin, grande et en hauteur, avec un couvercle ajusté.

Bon. J'aime toujours les bols, ça oui, et toujours pas les boîtes. Ou alors celle en raku si belle, si ronde de l'amie douée pour la terre, mais voilà, pas de raku à l'atelier que je fréquente.

(Tu me diras, pour l'histoire de la lessiveuse, et aussi pour la technique du petit saladier?)

Tourne en rond. La tête vide, un peu déçue.

Et puis vas-y, tant pis si c'est raté, tu viens pour apprendre, fais avec ce que tu as.

alors le colombin qui monte, la forme avachie que l'experte me montre comment redresser en tapotant avec un battoir en bois.

La découverte des stries bavardes laissées par cette latte sur ma terre blanche lisse et muette.

Le choix de la couleur de l'émail:  un vieux fond de pot de retaille qui semble donner du vert cendré.

Retaille, joli mot pour un hasard des mélanges, récolte des résidus de tous les émaux agrégés après moults passages dans la cabine de pulvérisation. Souvent ça donne une teinte tellement indifférenciée qu'elle en devient un peu repoussante, mais quelques fois elle vibre et c'est un peu magique.

Et puis entre deux figures imposées, une bidouille pendant que ça sèche. J'ai bien vu qu'il restait du rouge finalement, j'ai profité d'un moment d'inattention, avide.

J'aime et je crains le moment de découvrir les pièces terminées, cuites, toutes brillantes et froides comme des poissons.

PICT0499.JPG
avec ce rouge encore une fois je vois déjà une petite succulente vive.
PICT0476.JPG
Une meringue qui a abusé des colorants alimentaires!
PICT0490.JPG
PICT0493.JPG
et une boîte ventrue, une!



.
.
.
et pour le plaisir, un petit assortiment "feuille de chêne traversée par un rayon de soleil"!
PICT0505.JPG
Pot-vase offert par celle qui est douée: merci!!
saladier glané à la poterie de Crémieu.
Et boîte honnie dont le couvercle se fait discrètement la belle.

18/05/2010

tombé des aiguilles

PICT0470.JPG

Il y a quelques semaines, vu:

-l'approche du dégel

-ma dépendance/fidélité à celle qui m'enseigne tous les rudiments

-le niveau de remplissage de mon agenda

-l'obligation de réitérer mes prouesses arithmétiques pour passer à l'étape suivante

... je croyais qu'il n'était pas prêt d'être monté, et même si, pas prêt d'être porté.

C'était sans compter sur les saints de glace, la faveur d'un échange de journée jardin et une soirée trèèès prolongée sur le thème absolument folichon au goût de Galant homme monter un col et faire de jolies coutures.

Ouf! J'ai même encore quelques chances de le porter sans trop souffrir!

Et comme je l'aime, mon premier gilet de bergère tout moelleux, avec son point de sable et son beau fil aux douces nuances!

 

PICT0463.JPG

 

06/05/2010

Mon beau batik

Nous avions admiré toute une soirée les batiks colorés mis à l'honneur du restaurant Amok, du nom d'une spécialité khmère à base de curry et de lait de coco.
La serveuse altière s'en était amusée silencieusement, sans se départir de son détachement.
Nous avions osé lui demander où nous fournir, et elle avait proposé de nous guider dans le dédale sombre du Psaar Chas, le vieux marché couvert de siem Reap, veillant discètement à ce que le juste prix nous soit proposé.
Voici le coupon sur lequel j'ai jeté mon dévolu.
PICT0412.JPG

en songeant à la merveille de Flo du Désert.
robe batik une grenouille dans mon bocal.jpg
Mais Galant-homme a un doute, et du coup, moi aussi.
Alors? ce modèle avec ce tissu, ou non?

03/05/2010

je suis une hackeuse de légumes

et je suis ravie quand mes visiteurs utilisent plus Firefox qu'Internet Explorer.

et je suis censée apprendre prochainement à faire une installation sous Linux.

et pour comprendre cette histoire de grosses légumes allez lire un texte qui résonne:

Pourquoi je veux que mes fils soient des hackers"

Extraits:

"Les hackers sont simplement des individus capables qui veulent comprendre les choses pour eux-même."

"Les hackers se concentrent sur les compétences plutôt que sur les connaissances, les gens ayant les compétences sont ceux qui survivent." par Qchapter

Ça me va.

Ah, si, une chose encore.

Ma nouvelle devise: "Au royaume de l'ignorance, le marketing est roi." par Francois G.

Sachant que l'étendue des connaissances est comme l'univers: en extension... pas de quoi chômer!

En tout cas, ça vous fait de la lecture (commencer par se familiariser avec le monde d'Églantine, pour défricher)!