Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2009

Dix voies à suivre #9 et 10

9:Ralentir, s'arrêter, se poser, se retrouver. Retrouver du sens dans nos actes de tous les jours. Nous ne sommes pas seulement des machines à travailler plus pour gagner plus, produire plus, consommer plus, polluer plus et rembourser plus la dette contractée par les états pour sauver le système à l'origine de ce gâchis. Réfléchir à nos besoins réels, à ce qui nous rend heureux et au moyen de le devenir vraiment.

 

 

=> Je me sens fondamentalement contemplative, depuis aussi loin que je me souvienne. Je sais me donner du temps. A moi de l'utiliser à réfléchir...

 

 

10: Ne pas chercher à être parfait ni à tout faire d'un coup (échec assuré). Ce n'est pas un concours, juste une course contre la montre déjà bien commencée. Certains sont très loin devant, d'autre très loin derrière mais ces derniers peuvent profiter de  l'expérience des premiers et les rejoindre très vite. On y arrivera ensemble ou on y arrivera pas. Simplement.

 

 

=> Je sais que j'ai des limites. Je sais que mes limites actuelles ont bien bougé depuis cinq ans. Je suis étonnée de la vitesse à laquelle on peut évoluer. Je reconnais mes leviers: La maison écologique, le Grand ménage de Raffa, Côté Jardins. Je sais que le terreau était là bien avant ma naissance, ce que je suis actuellement est le fruit d'un héritage familial. Je vois ceux qui sont loin devant, et j'ai envie d'aller à mon rythme. A petits pas, et librement, comme le disait une amie blogueuse. Je sais que mes petits pas sont des pas de géant pour d'autres, et ressemblent à du sur place pour d'autres encore.

Et vous?

Où en êtes-vous?

23/07/2009

Dix voies à suivre #8: ville, citoyenneté et réutilisation

8: Rejoindre une initiative de ville en transition ou en créer une. Participer au développement d'un écoquartier ou d'un jardin partagé. S'inscrire dans un système d'échange local ou une banque du temps. Maintenir la pression sur les politiques et les entreprises.

 

 

=> Deux jardins partagés: Côté Jardins pour la dimension nourricière, Brin de Guill' et la végétalisation du bitume, les Compostiers pour le compost à proximité .

Je fréquente parfois les brocantes, vide-greniers, Emmaüs... C'est à double tranchant: nous aimons tous les deux les vieilleries, ce qui ne va pas dans le sens du désencombrement que j'aimerais suivre.

Ville en transition? J'ai besoin d'en savoir plus... En attendant, je me suis engagée dans la commission environnement de mon conseil de quartier, avec la volonté de développer le compost urbain (c'est en cours), de mettre en place des actions pour l'extinction des vitrines et enseignes la nuit (excepté guichets de retrait, hôtels et cafés-restaurants...), un type d'action mené aussi par le Clan du néon et les Extincteurs.

J'ai suffisament souffert de devoir vivre en ville. Désespérer en attendant le jour improbable où je pourrai la quitter ne m'aide pas. J'ai appris à aimer ma ville, grâce aux échappées vertes au jardin ou ailleurs. J'ai décidé d'éprouver ma capacité au changement. Je ne sais pas si je contribuerai à changer ma ville, mais je crois pouvoir dire que je me suis changée, moi. C'est déjà beaucoup.

20/07/2009

Dix voies à suivre #7: l'eau

7: Vérifier si les nappes phréatiques qui nous alimentent en eau sont menacées et si oui mettre en place des stratégies pour économiser l'eau. Limiter le plus possible les rejets divers dans les canalisations d'eau (huile, aliments, produits chimiques etc.) Mettre idéalement en place des toilettes sèches ou des toilettes à déshydratation.

 

 

=> Nous consommons déjà très peu (Galant-homme, les chiffres réels s'il te plaît!), et j'ai quelques techniques pour réutiliser l'eau.

J'ai un bocal sous l'évier où je verse les huiles de cuisson, pour les emmener quand il sera plein en déchetterie. Les huiles empêche le retraitement efficace des eaux usées en asphyxiant les bactéries qui oeuvrent dans les stations d'épuration.

Je réutilise la dernière eau de lavage de la salade pour la vaisselle, j'ai un arrosoir à portée de main où déverser les eaux terreuses qui feront le bonheur de mes plantes vertes.

Galant-homme a installé un économiseur d'eau/ aérateur sur le robinet de l'évier, et un sur le pommeau de douche: on coupe, ou on dose le débit à volonté. Cela permet de réduire le débit quand on se savonne les mains, de le couper quand on se shampouine...

J'ai découvert la pollution médicamenteuse des eaux, et en particulier la féminisation des poissons mâles: un cadeau bonus de nos pilules contraceptrices salvatrices.On trouve dans la flotte du robinet tout ce qu'on ingère à un moment ou à un autre, de l'aspirine jusqu'à cocaïne et héroïne en passant par toute la panoplie des hormones, anti-tout, (y compris anticancéreux radioactifs), mais passons. Je passe au  stérilet au cuivre, parce que ma gynécologue accepte d'en poser à une nullipare telle que moi, ce qui n'est pas le cas de tous ses collègues malgré l'avis de l'OMS.

J'ai fait un pas décisif du côté de l'écologie le jour où je suis tombée en arrêt devant la une de la revue "La maison écologique", consacrée aux toilettes sèches. Depuis, nous sommes abonnés. Cette lecture a représenté un véritable basculement puisque Galant-homme s'est reconverti professionnellement. Au jardin, nous avons contribué à la construction de toilettes sèches qui fonctionnent à merveille.

La dernière étape, décidée après une récente visite au centre Terre Vivante, c'est de démonter le couvercle de notre chasse d'eau pour pouvoir y verser l'eau des légumes. Je dispose aussi d'une bassine qui recueille l'eau du lavabo,  lorsque je m'y lave les mains ou lorsque j'attends que l'eau chaude parvienne jusqu'à la douche, en bout de ligne. Pas très esthétique, mais efficace.

17/07/2009

Dix voies à suivre #5 et 6: transmission et biodiversité

5: Éduquer nos enfants dans le respect de l'environnement et des autres. Leur apprendre à décrypter les manœuvres marketing qui les ciblent. Développer leur autonomie, leur sens de la débrouille et de la solidarité : ils vont en avoir besoin !

 

 

=> Je suis marraine d'une petite fille et grande soeur d'une toute jeune femme à qui j'essaie de transmettre ces dimensions, doucement mais sûrement. Je ne suis pas sûre d'être au maximum de mon potentiel: je lutte contre la tentation dite de l'enverdeur. J'offre L'homme qui plantait des arbres, Voyage au pays des arbres, les livres à colorier du docteur Natsugawa, l'écologie des paresseuses et bientôt le Grand ménage de Raffa... Je projette la plantation d'arbres pour les naissances et autres fêtes rituelles, je m'intéresse aux "cimetières" ou l'on remplace les stèles par des arbres.

(ma nièce/filleule attend depuis 4 ans son cerisier... hum hum...!)

J'essaie de m'impliquer dans le volet animation/éducation à l'environnement des associations dont je fais partie.


 

6: Favoriser le retour de la nature et le maintien de la biodiversité où que l'on soit, même et surtout en ville, même en appartement. Cultiver un petit potager si on le peut, même en ville, même en appartement.

 

 

=> J'ai déjà évoqué je crois les deux jardins-associations biologiques dont nous sommes partie prenante.

Je travaille au corps mon conseil de quartier pour agir dans le domaine du compost.

J'ai en projet la demande de création de nouvelles jardinières de rue creusées dans les trottoirs de mon quartier. Il faut juste que je rassemble 4 ou 5 habitants volontaires pour s'en occuper. Nous sommes déjà 3.

J'essaie de peupler mes balconnières de plantes qui supportent sècheresse comme gel, j'acclimate des sedums, j'accepte toutes les boutures qui passent au grand désarroi de Galant-homme (si ça ne se mange pas, quel intérêt demande-t-il!)

14/07/2009

Dix voies à suivre #4: la consommation

4: Apprendre à devenir ce qu'on appelle un consommateur responsable qui sait qui il finance quand il achète un produit, quelle pollution et quel prix humain cela représente, et qui consomme essentiellement ce dont il a besoin. Éviter les plastiques et le suremballage, éviter l'huile de palme et le soja, éviter les agrocarburants, les OGM et les produits contenant des "nano", éviter les produits d'entretien et cosmétiques kkburks. Être méfiants, même en bio. Pratiquer la réutilisation, la location ou le prêt de matériel, le recyclage et trier ses déchets.

 

 

=>C'est un long chemin, nous ne sommes qu'au début. Nous faisons attention mais parfois les anciennes habitudes reprennent le dessus et on se rend compte trop tard d'une composition, on oublie de regarder du côté du troc ou de l'occasion avant d'acheter, ou l'on craque pour un objet-antidépresseur dont les effets sont bien evanescents.

Je rechigne à jeter les produits ménagers ou cosmétiques "kkbeurk" selon l'expression consacrée. Je les finis avant de les remplacer. Il y en a certains que je ne remplaçe pas. Une bouteille de savon noir liquide peut laver les sols, mais aussi les sanitaires. Un simple liniment oléo-calcaire peut remplacer crème de jour hydratante, crème de nuit réparatrice, lait corporel, démaquillant, crème émolliente, crème pour les mains, crème pour les pieds ( Cette énumération paraît tellement ridicule à écrire!)

Nous avons assisté à une réunion d'un Sel près de chez nous, mais n'avons pas donné suite. Pas prêts?

Presque pas de produits cuisinés industriels chez nous (mais un faible pour les ravioles et les quenelles, une passion pour les sardines en boîte et le chocolat), du vrac et des produits bruts en majorité (ici, on mixe le sucre pour obtenir du sucre glace impec' et même pas rafiné: J'ai même découvert qu'un moulin à café pouvait faire l'affaire pour les réfractaires au bruit!), de la bière de petits brasseurs, du vin "bio", une volonté de faire nous même née d'une nécessité économique, qui s'est mûe en goût. Le moulin à persil mécanique est parfait pour moudre pistaches ou amandes, le fouet "spirale" est incomparable pour réussir de beaux oeufs en neige, le moulin à légumes est très efficace pour les coulis, les purées, et ce n'est pas plus long quand on a attrappé le coup de main.

J'ai un article en préparation depuis des semaines sur le recyclage... J'ai plein de boîtes pour stocker ce qui peut être détourné des poubelles ordinaires, aussi vertes soient-elles.

Nous essayons de voir la plupart des documentaires sur les sujets environnementaux diffusés au cinéma, d'en parler autour de nous, d'en penser quelque chose.

Je recense les solderies, friperies, boutiques de dégriffe en ce qui concerne l'habillement -mais je craque quand même régulièrement.

Je fais des listes de ce qui me fait envie (en ce moment, par exemple, des moules à brioche individuels en céramique, des boîtes de conservation en verre, des plats et casseroles sans revêtement teflon pour remplacer les miens, un moulin à café, une linogravure de Misa Saburi, une illustration originale de Charlotte Gastaud, le dernier bouquin d'Anne Rice, un collier en fer forgé en une seule pièce, une machine à coudre...). Je les oublie dans un coin. Quand je les reprends, je me rends compte que l'envie s'est bien souvent évaporée, alors je raye.

Je fais des listes de cadeaux à offrir à untel ou un autre. Cela m'évite un achat "bien obligé" mais mal inspiré. Je demande pour moi-même principalement des cadeaux dématérialisés: abonnements ciné, bibliothèque, sport, poterie...

Nous récupérons une multitude de pots en verre pour les conserves et confitures.

 

11/07/2009

Dix voies à suivre #3: la viande

3: Diminuer notre consommation de viande (et si possible s'en passer). Les pays émergents, ou plutôt les futurs leaders du monde qui le sont quasi déjà, en consomment de plus en plus et atteindront probablement notre propre consommation par habitant. La terre ne pourra supporter autant de bétails (et les cultures qui seront nécessaires à leur alimentation). A choisir entre la viande et nous je crois que le choix est vite fait. De même, bien choisir les poissons que l'on  mange est indispensable tant que les stocks de poisson ne sont pas restaurés.

 

 

=> C'est déjà fait, la réduire encore nous verrait devenir végétariens, et pour le moment nous n'en sommes pas là. Le jardin nous a permis de parcourir beaucoup de chemin, mais nous aimons la viande et le poisson (au choix, sur l'étal du poissonnier de notre marché, truite ou lieu noir, de temps en temps du hareng sous vide et une poignée de crevettes grises) les moins chers et c'est si bon, et feu vert des guides d'achat).

Nous faisons aussi attention aux oeufs.

Quant aux produits laitiers, pas de diminution notable pour le moment, c'est sûrement trop ancré culturellement!

08/07/2009

Dix voies à suivre #2: l'énergie

2:Diminuer notre consommation d'énergie sur tous les plans. Isoler nos habitations. Diminuer le chauffage et la clim. Réduire l'utilisation de la voiture et de l'avion (et si possible s'en passer). Limiter notre consommation de fruits et légumes hors saison. Gérer notre dépendance à internet et aux gadgets électroniques. Regarder dans quelle mesure le solaire peut être intéressant chez soi.  Apprendre le plus tôt possible à vivre comme on vivra dans quelques années. Il vaut mieux le faire par choix, je vous l'assure.

 

 

=> L'isolation, c'est difficile à améliorer quand on est locataire. Nous avons la chance d'avoir du double vitrage, avec des joints caoutchouc rajoutés pour renforcer les huisseries, et un rideau devant la porte d'entrée. Je projette depuis des lustres de coudre un boudin de porte.

Nous avons investi dans un programmateur thermostatique pour la chaudière à gaz de ville, cela nous a permis de substantielles économies (dépensées en stérilisation et confitures maison!) et un gain de confort insoupçonné. Nous chauffons raisonnablement, avec un stock de pulls pure laine, de plaids douillets la journée nous restons toujours en dessous de 20 degrés et grâce à une couette très chaude, la nuit nous descendons à 16 degrés à la saison froide.

Galant-homme est membre d'une association de construction écologique, Oïkos.

Les déplacements, j'en ai déjà parlé, on fait ce qu'on peut. Les voyages en avion ne nous concernent pas pour le moment.

Les légumes et les fruits, depuis qu'on a notre jardin, c'est au marché, de saison, chez un producteur local et raisonné pour l'appoint, ou conserves maison. Galant-homme boycotte les salades de tomate en plein hiver quand nous sommes invités. De temps en temps je m'offre un pamplemousse, un avocat bien mûr, c'est une petite fête en soi. Et puis on fait des provisions de spécialités locales partout où l'on passe, un peu, beaucoup, c'est toujours ça. Pour le vin, le cidre, la clairette, par exemple, en direct des producteurs.

La dépendance aux technologies numériques, c'est un peu compliqué: Galant-homme récupère tous les ordis portatifs qui passent pour installer linux et voir comment ça marche, et mon Pater Noster vient de m'offrir un mini-pc pour d'excellentes raisons. Un vrai confort, mais j'ai un peu honte. Et puis il y a le téléphone portable que je me suis fait voler, j'ai tortillé le problème dans tous les sens mais mon mode de vie actuel me semble trop complexe à gérer sans. J'avais très envie d'un modèle approuvé par le dernier guide high tech responsable de Green peace (version 11, datant de mars 2009: toujours rechercher la version la plus récente!) , combiné avec un très bon appareil photo, mais c'est bien trop cher et plusieurs personnes m'ont proposé leur ancien appareil toujours fonctionnel. Du coup, j'ai seulement commandé une carte Sim, et ça marche impec'. J'ai gentiment envoyé paître un aimable vendeur-conseil qui voulait me faire acheter une clé 3G pour pouvoir consulter internet n'importe où avec mon mini-PC, en sous-entendant que c'est totalement superflu. Pas sûre qu'il ait saisi.

Le solaire, c'est une évidence, comme la maison passive et les toilettes sèches. Projet en germe dans nos têtes et nos coeurs. Tentatives pour éliminer les piles et réduire la consommation électrique en choisissant des technologies alternatives (lampes de poche à dynamo, montre solaire, ustensiles de cuisine mécaniques...)

 

05/07/2009

Dix voies à suivre #1: la banque

J'aime depuis mes premiers pas sur la toile le ton de Raffa. C'est grâce à elle que mon attirail de ménage s'est considérablement réduit sans perdre en efficacité, bien au contraire.(pour résumer: vinaigre blanc, bicarbonate, savon noir, papier journal, savon de Marseille et puis c'est tout!). Sans compter les cosmétiques (savon d'Alep, liniment oléocalcaire, Perblan et fil dentaire, eau de lavande et pierre d'alun, vinaigre de cidre et voilà)...

Fréquenter son site m'a apporté une ouverture -et une optique de désemcombrement- salutaires.

J'aime sa critique éminemment constructive du film Home, et je lui chipe ses dix propositions/ses explications, à la fois pour faire le point et pour relayer des idées. Allez voir son article, visitez ses liens, furetez ça et là... Et n'hésitez pas à donner vos avis/points de vue/bonnes idées...

 

Et parce que je suis au loin quatre semaines pour me requinquer, j'ai programmé à l'avance ces dix points à ma sauce. En gras c'est moi, en pas gras, c'est Raffa.

 

*********

 

1: Changer de banque. Tout ce que vous avez pu voir de flippant dans ce film, et je ne parle pas du commerce des armes et du soutien aux dictatures, a été possible avec NOTRE argent, celui que l'on met sur nos comptes épargnes ou dans nos fonds de pension. Et oui, tout est lié en tout. Il n'y a pas d'autres moyen aujourd'hui pour changer le monde, à mon avis. Par ailleurs les banques alternatives traversent la crise sans encombre pour l'instant. Éviter également le macrocrédit le plus possible.

 

 

 

=> Les contacts sont pris. L'envie est là. Ça fait un moment qu'on tergiverse. Bon, il va falloir sauter le pas. N'est-ce pas Galant-homme?


03/07/2009

8 jaunes d'oeufs...

... restés sur le carreau

le financier l'exige

comment, les jeter?

que nenni

il y a bien des façons, mais il y a aussi celle-ci.

***

125g de beurre

80g de sucre

200g de chocolat

100g de farine de quinoa

un demi-verre de lait végétal ou animal

une pincée de bicarbonate de soude alimentaire

***

le blond du sucre blanchit les jaunes à la fourchette

le chocolat "s'onctuosifie" en se vautrant dans le lait et le beurre, fouet et casserole pour un mariage à trois

tout s'entremêle avec soin, j'ai dit tout, au fouet pas de grumeaux

10 minutes à four chaud

***

Pas de photo, comment??!

Et en plus, je m'en vais 4 semaines demain?

Oui!!! Sans complexe, j'avoue!