Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2009

Dix voies à suivre #5 et 6: transmission et biodiversité

5: Éduquer nos enfants dans le respect de l'environnement et des autres. Leur apprendre à décrypter les manœuvres marketing qui les ciblent. Développer leur autonomie, leur sens de la débrouille et de la solidarité : ils vont en avoir besoin !

 

 

=> Je suis marraine d'une petite fille et grande soeur d'une toute jeune femme à qui j'essaie de transmettre ces dimensions, doucement mais sûrement. Je ne suis pas sûre d'être au maximum de mon potentiel: je lutte contre la tentation dite de l'enverdeur. J'offre L'homme qui plantait des arbres, Voyage au pays des arbres, les livres à colorier du docteur Natsugawa, l'écologie des paresseuses et bientôt le Grand ménage de Raffa... Je projette la plantation d'arbres pour les naissances et autres fêtes rituelles, je m'intéresse aux "cimetières" ou l'on remplace les stèles par des arbres.

(ma nièce/filleule attend depuis 4 ans son cerisier... hum hum...!)

J'essaie de m'impliquer dans le volet animation/éducation à l'environnement des associations dont je fais partie.


 

6: Favoriser le retour de la nature et le maintien de la biodiversité où que l'on soit, même et surtout en ville, même en appartement. Cultiver un petit potager si on le peut, même en ville, même en appartement.

 

 

=> J'ai déjà évoqué je crois les deux jardins-associations biologiques dont nous sommes partie prenante.

Je travaille au corps mon conseil de quartier pour agir dans le domaine du compost.

J'ai en projet la demande de création de nouvelles jardinières de rue creusées dans les trottoirs de mon quartier. Il faut juste que je rassemble 4 ou 5 habitants volontaires pour s'en occuper. Nous sommes déjà 3.

J'essaie de peupler mes balconnières de plantes qui supportent sècheresse comme gel, j'acclimate des sedums, j'accepte toutes les boutures qui passent au grand désarroi de Galant-homme (si ça ne se mange pas, quel intérêt demande-t-il!)

Les commentaires sont fermés.