Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2008

Déjà loin...

Le premier rouge gorge par la fenêtre,

les averses bruineuses entre les éclaircies,

les retrouvailles multiples,

les réconfortants petits plats et les recettes échangées,

le baptème de grande roue,

les deux mitaines vite vite pour remplacer celles -impersonnelles- perdues dans le train couchette,

la provision d'huîtres fraîches à ramener,

le vent froid mais le ciel clair la nuit,

la science de Louise sur les orchidées et reconnaître les transmissions quand je les vois passer,

la découverte simultanée et réjouissante de John Ford et de Shirley Temple,

le bruissement de deux marmots-de-mon-coeur partis à l'assaut de la vie,

les points de crochet appris à la va-vite à peine un peu avant le train de retour,

la chaleur d'une maison neuve et vieille à la fois,

le fabuleux fromage de brebis d'Espelette adorablement offert,

les longues nuits les longues siestes,

s'entendre appeler "princesse aux cheveux de fée" et adorer ça,

tranquille, oisive, taiseuse, savourer les heures creuses et savoir que cela ne dérange personne...

Et au retour, cachées dans mon grand sac à dos, les douces gourmandises d'une cousine attentionnée... d'habitude c'est moi qui glisse ainsi mes menus présents au creux des bagages des autres... J'ai bien raison: c'est tellement agréable d'être ainsi gâtée!

Pour tout, merci, et la recette promise, celle qui aquiert magiquement le parfum souhaité (deux bambins qui piochent dans la jolie boîte à gâteaux et s'exclament tour à tour: oh, à la pistache! oh, à la framboise!) alors qu'il n'y a dedans qu'un peu de chocolat et de vanille!

27/11/2008

Bouclé

Reçu,

commenté,

apprécié,

pas déçues,

je suis rassurée...

La pièce maîtresse, je vous la montre de près dès que j'ai un moment!

(oeuvre de goûter tricot!)

Merci Katelle, merci Loula!

 

25/11/2008

Une amorce

 


Quand on se renseigne depuis déjà un certain temps, quand on a déjà vu bon nombre de documentaires, quand le changement d'habitudes alimentaires et consuméristes est bien entamé, ce n'est pas suffisant, on reste sur sa faim, on veut du neuf, voire on est agacé de la mise en scène, musiques liriques ou inquiétantes, flous et ralentis étudiés, montages un peu forcés, imprécisions et généralités trop faciles à contester...

Mais quand on en est aux balbutiements, quand on a envie d'amener des proches à s'interroger, quand on a envie de se motiver, c'est assez utile et très supportable.

Je retiendrai surtout la richesse, la pertinence des échanges entre agriculteurs bio et conventionnels organisés par le maire de Barjac, où l'on voit les premiers répondre aux seconds qui se demandent comment, concrètement, on peut lutter contre le mildiou sans traitements phytosanitaires, après quoi le maire affirme très joliment qu'il faut, en tant que politique, accepter de se mettre du monde à dos en exprimant clairement que telle manière de faire (coller des produits chimiques partout!) est nuisible, parce que sinon rien ne bouge.

Je garde aussi en tête que si les légumes conventionnels étaient affichés au prix qu'ils nous coûtent réellement, ils seraient environ trois fois plus chers qu'aujourd'hui: subventions (l'agriculture bio n'est pas subventionnée), dépollution, traitement des déchets ou des eaux polluées que nous payons en fait bel et bien par le biais de nos impôts...

 

21/11/2008

félin nomade

Le principe du livre voyageur, c'est d'aller de mains en mains, là où on le demande, augmenté par chaque lecteur d'un marque-page où déposer un avis, un petit mot...

Puis à la fin revenir à son premier maître, avec tous ces petits papiers dans ses feuillets, riche de plus de vies.

Ce charmant-ci est en partance vers Loula...

A vous de proposer l'étape suivante, ou pas!

le chat qui venait du ciel.jpg

neuf étapes - neuf vies,

ce serait parfait,

pour la beauté du chiffre!

 

 

 

Edit du 25 novembre: Bouquet de bambou réclame son tour de garde après Loula! Ce chat va être bien soigné, j'ai l'impression!

 

20/11/2008

Sentinelle-sémaphore

Tour de guêt,

crachin fin,

l'équilibre, parfait.

On se croirait en Finistère.

 

mouette6.jpg

Une crampe?

Yoga d'altitude.

mouette étirement.jpg

14/11/2008

... and co'

Transports: passage en revue de nos pratiques, anciennes, ou plus récentes.

-Une petite citadine, deuxième main, costaude et sans électronique fantasque.

-Un logement en plein centre-ville qui nous enquiquine pour ce qui est de trouver une place gratuite, voire, parfois, une place tout court...Si Pater noster a abandonné la sienne -de boîte à savon roulante-, nous n'en sommes pas encore rendus là: je vois mal Galant-homme trimbaler ses caisses à outils, ses matériaux par bus, par train, ou à vélo, du moins pas encore! Quand les révovations écolo se multiplieront au coeur des villes, on avisera!

-Rationnalisation des déplacements: courses de proximité à pied, et on essaie de profiter des déplacements motorisés et incontournables pour cumuler, ça évite de prendre le volan plusieurs fois, il suffit de s'organiser.

-Conduite souple: mon nouveau jeu, en ville, c'est d'anticiper les ralentissements au point de n'avoir pas à toucher à la pédale de frein pour m'arrêter au feu suivant! Pas de démarrages en trombe, pas de course pour arriver premier au rouge, pas de stress et moins d'essence brûlée.

-Pas de pointes au dessus de 120 sur autoroutes, respect des limitations dûes aux pics de pollution, et toujours souplesse de conduite.

-Je prends le train souvent, à la faveur d'une bonne idée de la SNCF qui autorise l'achat d'une carte 12-25 ans jusqu'à la veille des 26. D'où un usage possible jusqu'à la veille des 27. Filou, ça. Même si je n'ai plus que quelques mois devant moi... Toujours ça!

-Usage des transports en commun quotidien, rationnalisé au maximum: je ne suis pas loin de passer maîtresse es "comment rentabiliser un ticket jusqu'à la lie", en groupant les déplacements, en différant ceux qui peuvent l'être, en calculant d'éventuelles escales et en jonglant avec le réseau pour remplir la condition en vigueur dans ma ville, de ne jamais revenir en arrière sur la même ligne...

-Abonnement Vélov', mais là, j'ai vraiment la trouille... Je préfère la marche à pied, dès que c'est possible.

-Et puis, il y a la grande découverte: cet été, nous ne pouvions pas nous payer de vacances, mais un chalet pyrénéen nous a été généreusement prêté par tante Louise. Comment s'y rendre? Nous ne pouvions pas user de notre petite citadine pour diverses raisons, dont certaines, belles-familiales, me déplaisaient quelque peu, mais ne le répétez pas à Galant-homme! On nous proposait le choix entre un véhicule équivalent, plus récent donc moins gourmand et plus confortable, et heureusement sans clim, et un énorme break de luxe, palace sur roues, mais, ai-je appuyé: nous ne sommes que deux, et sans l'encombrant matériel habituel de camping, encore! Galant-homme, en tant que conducteur aimant conduire, menaçait de l'emporter sans condition, mais c'était sans compter mon opiniâtre malaise à l'idée de ce paquebot réfrigéré sur roues. Alors j'ai négocié: j'ai obtenu l'accord du pilote pour nous inscrire sur plusieurs sites de co-voiturage, et nous avons fait le plein de passagers, à l'aller, et au retour. Mémorable voyage, qui nous a octoyé un couple d'amis tout neuf, de belles discussions, un voyage raccourci par l'effervescence des découvertes mutuelles, que du bon!

Nous co-voiturions sans y penser, sur de petites distances, depuis un certain temps, mais maintenant, nous le proposons en toute conscience.

Et vous, comment vous y prenez-vous, avez-vous d'autres pratiques à partager, des bonnes idées?

 

13/11/2008

bien con...tente

C'est vrai, la Joli coeur, je ne la connaissais pas. La honte quoi. Mais , c'est réparé.

Une telle pertinence, on ne peut pas passer à côté, je vous le dis!

12/11/2008

galoper après le temps...

... et me souvenir que j'ai oublié (encore!) de parler de ce moment magique, drôlerie poétique, odeur animale et sable projetés sur mon rang, le plus au bord de la piste,  par la puissance des sabots au galop.


 

 

11/11/2008

Au détail/en détail

Vu ici le fameux carnet de timbres à messages durables. J'avais trouvé ça bien: j'aime bien les timbres "qui changent", et c'était pour moi une jolie façon d'ancrer certains messages dans la conscience collective...

 

Et puis j'ai découvert une réflexion tellement évidente que j'en suis baba.

 

Ou comment se faire avoir en beauté sans même s'en rendre compte...

 

Heureusement que certains n'oublient pas de réfléchir, d'user de leur esprit critique, l'entourloupe va se nicher dans de si petites choses...

08/11/2008

La langueur et l'oubli

Oublier d'une semaine l'anniversaire de mon coin d'(e)toile, pour lui avoir préféré les vacances impromptues, et ne même pas regretter...

 

Etre réveillée ce matin par les trois coups frappés à la porte, laisser Galant-homme s'en débrouiller, puis bondir du lit à peine ladite porte refermée: même pas habillée, m'armer d'un grand couteau, sciemment démesuré, déballer, ouvrir, trancher, m'extasier...

Puis, tranquillement, benoîtement, savourer...

PICT4946.JPG

Petit inventaire:

un auteur attirant qui commence à me cerner de tous côtés!

une salvatrice cuiller mesure pour m'aider à doser mon thé

des douceurs qui ont le mérite d'être par Galant-homme dédaignées

(ça lui évitera de tout me siffler sous le nez)

une divine tisane aux fruits rouges, unanimement adoptée

du hojicha, un thé vert grillé

du Pu erh earl grey que je vais pouvoir au pu erh cru comparer

du ti kuan yin, un oolong peu fermenté

des jolies petites boîtes laquées:

avec deux japonais: du bancha, et du genmaicha au riz soufflé (je vais enfin pouvoir goûter!)

et du "thé russe aux 7 agrumes" et du Calabria à la bergamote pour m'adonner au thé glacé

enfin trois échantillons de Oolong plus ou moins fermentés:

Butterfly of Taiwan, joliment ailé

Shui hsien, sûrement pour me zenifier

Luaizi Oolong de Taiwan, apparemment très corsé

Et pour finir de la sauge à infuser...

J'ai hâte de tout goûter!

Le tout accompagné d'une longue missive très détaillée...

Chère swappeuse, il ne me reste plus qu'à profondément te remercier!