Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2008

ce(ux) qui reste(nt)...

la princesse et le pecheur.jpg
C'était un roman de la dernière rentrée littéraire, ma soeur-taupe était au Cambodge, lointain pays de nos lointaines origines, et je l'accompagnais de loin, dans un état émotionnel étrange, aussi insaisissable qu'indicible, et comme délestée de mon entièreté au profit d'une part de moi partie aussi...
Ces pages m'ont parues tellement justes, à moi restée ici, à mille lieues de là-bas, si loin de ce qu'elle pouvait endurer, rencontrer, si proche pourtant...
Bien sûr, on le lui a offert, et elle n'a pas aimé, était-ce lié à "qui", était-ce le gouffre entre nos expériences de soeurs privées du partage de l'émotion lorsqu'il n'y a point de mots, le gouffre entre ces deux pays, Cambodge et Vietnam, le gouffre entre ces deux personnages,  princesse et pêcheur?

30/07/2008

noces de zinc

PICT2490.JPG

28/07/2008

Buttermilk pancakes

Prosternation devant elle, pour sa merveilleuse recette de pancakes qui tue, que même je les fais à 5h du mat' pour les copines qui prennent leur train dans moins de deux heures. Que la pâte se congèle superbement, qu'avec une multicrèpe tructruc,c'est quand même 'âchement sympa: déjà, ça donne moins chaud, ensuite, ça va plus vite!

Mais dans une vieille poêle cabossée, devant la cuisinière à bois, au fond d'un chalet de montagne coupé du monde, sans électricité, sans tout à l'égoût, sans bruit et sans agitation, les pancakes prennent une saveur incomparable.

(Je fournis le lien vers la recette, pas le chalet)

PICT2928.JPG

 

 

23/07/2008

mirifique

jamais je n'aurais pu m'en douter: faire les vitres, astiquer les miroirs m'emplit d'aise et de satisfaction...

Mais ça, c'est parce qu'une éponge juste humide, et un tampon de journal vite vite pour bien essuyer suffisent. Pour la salle de bain, encore plus rapide: je profite quand j'y pense et quand j'ai le temps de la buée, après la douche, pour donner un coup au miroir qui ainsi reste impec', et quand j'ai vraiment le temps, un petit coup sur le couvercle de la poubelle en inox qui a tendance à attirer les gouttes d'eau... et l'éponge, elle, reste sèche!

Même le pare-brise de l'auto a oublié l'odeur amère du spray à vitres qu'on ne peut malgré un entraînement intensif en apnée éviter de respirer, d'avaler...

J'ai dans l'idée de venir en aide (!!) à mes proches en récupérant leurs vieux pulvérisateurs vides. Et ainsi:

- réduire les déchets en réutilisant des contenants assez pratiques

-être en mesure de vaporiser une solution de vinaigre pour désinfecter tout un tas de trucs!

 

L'idée serait de remplacer (ou de compléter?) le panier gourmand de Noël par un "cabas de la soubrette", si vous me passez les associations d'idées douteuses en même temps que l'expression!

 

Premières idées pour le détail:

-de la lessive au savon de marseille maison

-un flacon de savon liquide pour les mains maison

-une liasse de journaux gratuits pour les vitres (ça fait un peu exagéré, non?)

-un carré microfibre pour les surfaces métalliques type inox ou alu

-le livret de Raffa "pour un grand ménage sans empoisonner personne"

-un petit tablier de ménage à base de torchons de vaisselle de récup'

-de la pâte d'argile blanche maison ( seulement si Galant-Homme met la main à la pâte)

-une bonne bouteille de vinaigre d'alcool blanc de derrière les fagots

-pour faire plaisir à ma soeur-taupe qui me charie gentiment avec ça, pas de vinaigre blanc sans bicarbonate de soude. Donc, du bicarbonate de soude!

-...

 

 Galant-homme se gondole comme du papier (journal?) mouillé: "pour lui, le panier gourmand, pour elle, le cabas de la soubrette" en imaginant leurs têtes respectives. Je le calme illico en préconisant le contraire. Non mais! Et, quand même, je vais peut-être songer à un autre nom pour mon panier de ménage... n'hésitez pas à me faire des propositions!

 

19/07/2008

belle et pure

C'est à boire à boire à boire... 

Parfois chez moi l'eau du robinet dégage une odeur qui suffit à étancher toutes les soifs... J'ai expérimenté les bidons de cinq litres d'eau de source, moindre mal en comparaison des bouteilles classiques, nécessitant un peu moins de plastique grâce à leur plus grande contenance . Ils se laissaient plus ou moins docilement hisser au cinquième étage à la force de mes petits bras, jusqu'à ce que l'un d'eux me tombe sur le pied, ce qui par bonheur et par une curieuse conversion physique m'a remis les idées en place...

J'ai alors investi dans une carafe filtrante, grande contenance, trouvée d'occasion-presque-neuve sur un vide grenier, et si c'était à refaire, eh bien je la paierais même plein pot d'eau, tant cela m'a changé la vie... Il paraît qu'il existe des recharges universelles, moins chères et tout aussi efficaces dans des boutiques bio... Par contre, je boycotte les frigos à glaçons et eau fraîche intégrés: consommation énergétique superflue: une carafe au frais, un bac à glace au congèl, ça va très bien!

Je trimbalais toujours avec moi une petite bouteille, que je gardais des mois pour ne pas gaspiller, mais soit je finissais par l'oublier quelque part, soit elle finissait par s'imprégner d'une odeur douteuse... Du coup, j'ai investi dans un bidon de cycliste métallique (c'est plus durable, version enfant pour la contenance et pour l'encombrement, mais pas pour les couleurs franchement pas chouettes... J'ai l'idée d'une petite housse isotherme maison, il faudra que je potasse... 

 Eaux de vaisselle et autres tambouilles

Ma salle de bain (avec une simple douche) est éloignée du chauffe-eau, l'eau chaude met longtemps à arriver alors je la laisse couler dans une bassine, qui me sert ensuite pour arroser les plantes, utiliser pour la chasse d'eau, pour laver mes mains, les vitres ou les légumes que je reçois en nombre chaque dimanche soir, souvent terreux et encore plus souvent pleins de limaçons, grâce à mon beau jardin... Nous essayons de rationnaliser l'ordre de lavage: du moins terreux vers le plus, pour ne pas vider les bassines sans arrêt. Pas toujours facile...

Galant-homme a équipé tous les robinets de mousseurs-aérateurs qui permettent d'obtenir un jet plus imposant avec moins d'eau, un régulateur de débit pour la cuisine afin de le limiter et de doser parfaitement en fonction de l'usage, et un "stop-douche" qui permet de couper l'eau momentanément sans fermer les robinets, donc sans perdre le réglage de température, sauf que ça fonctionne mal avec un chauffe-eau au gaz qui se met en marche seulement quand le débit dépasse un certain seuil. J'avoue que je ne l'utilise que lorsque les températures sont clémentes, et permettent de supporter la douche écossaise! Je rêve de lavabos avec le système des laboratoires alimentaires: on ouvre l'eau à l'aide d'un genou, qui pousse une simple tige... Pas glamour, mais utile!!

Je sais que je pourrais récupérer l'eau de lavage et de cuisson des légumes pour arroser mes plantes, mais pour le moment je n'y parviens pas... Pas non plus de balcon pour récupérer/stocker l'eau de pluie, ma fois, tant pis...  J'ai vu dans la formidable émission  de télé-réalité (si si) les citadins du futur, un fût de bière avec le robinet en bas, tout inox, détourné en ballon d'eau chaude. Je me dis que cela pourrait aussi bien servir de "récupérateur d'eau peu sale" pour petit appart'... Encore faut-il en dénicher un!

Nous ne lavons la voiture qu'une à deux fois par an, surtout à la fin de l'hiver pour la débarasser des résidus de sels de déneigement, et nous avons découvert que les stations "éléphant bleu" traitent recyclent les eaux usées pour empêcher les polluants de rejoindre le sol, tandis qu'une autre marque n'utilise qu'un litre d'eau pour une voiture grâce à un procédé spécifique. J'ai aussi découvert que certains pressings n'utilisent pas les produits chimiques toxiques habituels, mais un procédé propre à base de vapeur, il ne reste plus qu'à en dénicher un dans ma ville...

 

Voici terminé, pour le moment, mon petit tour d'horizon pour ce qui est de l'eau... Et vous, coment gérez-vous?

14/07/2008

citoyens...

 

podcast

 

Je me sens si peu, si mal française quand j'entends la Marseillaise, je refuse de la chanter moi-même par dégoût de son sens profond...

Alors quand je les ai découvertes, presque avec les larmes aux yeux, j'ai résolu d'apprendre les paroles de  Graeme Allwright en lieu et place des paroles originales, et j'ai signé sa pétition...

Vous pouvez faire de même par ici, reproduire et distribuer autant que vous le jugerez nécessaire sa lettre ouverte et sa version de l'hymne.

A ce propos, en voici le texte:

page007.jpg

 

03/07/2008

des envies qui rôdent

Si je n'en ai pas l'air, je n'oublie pas mes pifées...

ni mes rideaux-stores-voilages à confectionner, raccourcir, rallonger, livrer avec un an de retard, ni mes coupons en mal de transformation, ni mon livre de couture japonais, ni mon horreur à tailler à vif la pauvre chair fragile du tissu, ni ni ni...

Mais en Pleine-d'envies-bourrée-de complexes-il-faut-que-ça-change, je me suis mise à lorgner de ce côté-ci:

25559194.jpg

et je me dis... et pourquoi pas moi?

Affaire à suivre...

 

01/07/2008

pile poil

Sur l'exemple de Mon geste, en moins assidu, et en écho à un échange avec Yellowmicmac qui tombe à pic, je prends dès aujourd'hui le temps de décrire ici, peu à peu, mes gestes d'humaine en devenir...

Cette envie était présente lorsque j'ai créé cet espace bien à moi (coups de coeur ET engagements, quand même), je l'ai un peu mise de côté, j'y reviens, même si le ton sera un peu différent, plus terre à terre... Après tout, mon signe astral et mon ascendant sont "de terre" tous les deux! Et puis, il faut que je vous prévienne: Galant-homme, sur ce point, contribuera peut-être de temps en temps... à moins qu'il n'ose ouvrir ses propres pages dans un petit coin de toile!

 

N'hésitez pas à réagir, à questionner, à proposer vos idées, à dire si ça vous plaît, vous parle, vous réussit, ou pas, pourquoi...

 

On y va?

 

Puisqu'il faut bien commencer quelque part...

 

Hier, en attendant mon bus, mon regard est tombé sur une vieille pile toute cabossée, projetée d'un bout à l'autre du trottoir par les pieds pressés des passants. Comme toujours quand je fais une telle rencontre, avant qu'elle ne roule jusque dans le caniveau, sous l'oeil interrogatif d'un autre passager en attente de bus, je l'ai recueillie et emportée pour la déposer, plus tard, là où je suis certaine qu'elle sera traitée comme il revient à son rang, suffisament loin des nappes phréatiques...

Ensuite j'ai refusé le journal gratuit qui m'était offert: je sais qu'il y en a toujours d'abandonnés dans le bus, si vraiment je me sens en mal de lecture...Une façon de penser aux arbres, minuscule mais symbolique...

Je n'ose pas encore aborder les inconnus en pleine rue, proposer avec aménité au conducteur d'une voiture qui attend son passager depuis trois minutes de couper son moteur, peut-être parce que je ne suis pas assez tranquille, assez bienveillante  (c'est-à-dire sans colère) encore...

On commence là où on peut! Et vous, où en êtes vous?