Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2008

Parfois...

Parfois, on voudrait que la séparation et la mort n'adviennent jamais, même si on sait bien que c'est une chimère, que la vie c'est la perte...

Parfois on voudrait avoir le temps d'étancher un chagrin avant d'en affronter un autre...

Parfois on voudrait cesser de vivre hors de l'emprise de la 1ère proposition, afin de vivre sans faire comme si on avait tout le temps devant...

Parfois on voudrait ne plus rien ressentir, même si on sait bien que c'est notre capacité à resentir qui nous fonde comme êtres humains...

Parfois on voudrait  savoir s'il vaut mieux se taire, s'il vaut mieux crier, s'il vaut mieux pleurer seul ou avec...

montagne & nuages 17.JPG
Parfois... on se trouve loin de soi-même... et c'est là qu'on est au plus près de soi...

 

27/06/2008

souvenir d'un orage de printemps

Le végétal garde-t-il la mémoire des anciennes pluies quand vient la sécheresse?

PICT2377.jpg
 
 
"Sedum-dont-j'-ignore-le-petit-nom-mais-qui-résiste-à-tout"
Si vous le reconnaissez, éclairez-moi, que je puisse le baptiser... 
Il est vrai que ce jour-là, c'est le ciel qui s'en était chargé.
 

 

24/06/2008

la compagnie des lapins bleus?

Il y a déjà quelques temps, mais pas tant que ça non plus, Titoubrun m'a invitée à rejoindre

les radis roses aux fourneaux

un carnet de cuisine à plusieurs mains bloggeuses

(les radis roses! à chaque fois je ne peux m'empêcher de penser à ceci:)

ça n'a rien à voir. Mais.

147201-0.jpg

 

queues de radis que je croque avec le reste, miam,

et puis c'est mon Paternel qui m'a appris, alors ça ne se discute pas

et depuis que j'ai mon jardin, je cuisine jusqu'aux fanes des-dits...

  Voilà une idée pour une première recette ma foi fort à propos!

(voyez-vous, l'association libre, ça mène toujours quelque part)

Bref, dès que j'aurai le temps, il faudra compter avec moi pour contribuer avec enthousiasme surtout comme testeuse!

(A vue de nez, les brioches m'ont l'air à tomber, m'est avis, ainsi que la soupe rhubarbe-framboise, le gaspacho de courgette...)

(entre sucré du petit goûter tardif et salé de l'apéritif casse-croûte mes papilles mon estomac ont bien envie de papillonner)

 

 

(Vous aussi, venez rejoindre les radis roses, même si vous êtes déguisés en lapins bleus)


21/06/2008

mouchoirs-de-poche suspendus

Deux balconnières pour mes deux pauvres fenêtres, glacées par le noroît, grillées par le couchant...

Deux sedums seuls survivants...

Jusqu'à ce que ma Porteuse d'eau m'offre ces frêles exemplaires, aux noms croquants et doux, à rouler sur la langue...

 

PICT2380.JPG

Festuca glauca, Festuca scoparia, Hypericum olympicum à fleurs jaunes, Artemisia lanata, Aethionema, Erodium petraleum
(dans le sens communément admis de la course du temps sur les horloges, en commençant à minuit pile évidemment)
 
Ajout d'une balconnière en urgence, transbahutage par Galant-homme de terre de taupinières prélevée chez ma Grand-mère-dragonne, écrèmage à la main des graviers qui rejoignent aussitôt le fond du pot, "pour mieux drainer" insiste Porteuse d'eau, brassage méticuleux avec du terreau bio et du sable mélangés à parts égales, dans les limites de la minuscule table de la cuisine autant que faire se peut...
Rempotage le coeur battant, les conseils avisés le seront-ils suffisamment, je déteste voir dépérir ce que je plante, ce que je soigne...
 
un mois et demi plus tard d'orages en pagailles,
mais à peine quelques jours de chaleur soutenue la terre détrempée déjà se craquèle
l'aethionema n'y aura pas résisté
PICT2388.JPG
 
 
 
Pour le reste, ça prend ses aises, ça fleurit a l'envi:
 
 
la douceur étale de l'artémise me fait bondir le coeur

 
la piquante vigueur des fétuques me réjouit
PICT2397.JPG
 
la grâce robuste des fleurs d'erodium me tient mille promesses

 
la floribondité de l'hypericum me renverse
PICT2399.JPG
 
 Ou du bonheur trouvé-créé de deux fenêtres arides enfin vivantes et peuplées...
 
 
 

17/06/2008

une virée parisienne

 

Il y a quelques temps déjà, j'ai rendu une petite visite à ma soeur taupe, avant qu'elle ne cesse d'être une vraie parisienne-et fière-de-l'-être et qu'elle redevienne une plouque-de-province comme mouâ.Elle a glissé dans nos bagages ceci et cela:

 

PICT2847.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PICT2831.jpg

 

 

 

 

 

                                                                           

 

 

 

une jolie toupie en bois, et du sucre rapporté de son séjour au Cambodge

 

Nous avons...

-fureté, traîné nos savates que nous avons d'ailleurs beaucoup, beaucoup usées, mais on a réussi à tenir quatre jours à deux avec un carnet de tickets plus deux allers-retours pour Versailles, qui dit mieux?

parc la villette, le pied.jpg

 

-piétiné dans la travée unique, interminable et bondée du marché de Belleville, étourdis de bruit, de couleurs, d'odeurs et de textures, avec une dominance d'herbes aromatiques, de pain de semoule et d'amandes fraîches au beau vert velouté...

-salué comme promis le talent d'Allison et son beau sourire élu "à l'unanimité" par Galant-homme et craqué comme promis sur une de ses chatoyantes ceintures qu'elles sont un peu écologiques alors je peux, vu que c'est à base de chutes tissus de récup et que même les micro-chutes sont utilisées, parce que, elle ne peut rien jeter, Allison, c'est dans sa nature!

PICT2823.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PICT2873.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-croqué furtivement et l'air de rien dans une framboise chipée au potager du Roi: c'était magique, cette profusion de fruitiers taillés en cordon, en chandelle, en tout un tas de termes techniques impossibles, et puis le nom d'improbables variétés, les volailles cachées dans un recoin

PICT2797.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 PICT2798.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et encore, et surtout, les beaux jardins estudiantins, ensauvagés et ludiques...

 

PICT2795.jpg

Ceci au terme d'une longue quête qui nous a fait pataler dans les jardins du château, à la recherche du potager, sans trouver personne pour nous l'indiquer (merci Allison!), ce qui nous a épuisés. Pour se requinquer, on s'est assis dans l'herbe sous de jeunes tilleuls déjà bien développés, et on a papoté et regardant les nuages défiler.

-salivé chez G.Detou en regrettant de n'avoir pas rameuté toutes les copines férues de pâtisserie pour acheter à plusieurs en grandes quantités, donc à prix de gros, un tas de trucs INDISPENSABLES et dispendieux,

PICT2853.jpg

 

-imaginé des tas d'ouvrages devant les tissus de chez Reine et du Marché Saint Pierre

-musardé chez Junku en rêvant d'être une pro d'la machine qu'a peur d'rien et sûr'ment pas du patron de couture version idéogrammes et sans la place pour les seins, et en se frottant les mains en douce d'avoir amené soeur taupe qui est repartie avec deux ouvrages que je trépignais d'envie de prendre mais non m'dame, votre carte bleue elle est refusée là,c'est pas grave ma soeur taupe me les prêtera!

 

b_8542.jpg
e_9036.jpg
 
 

 

 

 

 

 

 

 

e_10670.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-arpenté Ménilmontant en se disant que Paris comme ça, alors ça oui m'dame, que j'veux bien être parisienne: des ruelles paisibles aux immeubles bas, biscornus, aux fenêtres et balcons et bouts de tout ce qui dépasse couverts de jardinières, de grimpantes, de tout ce que j'aime, des escaliers, des passages improbables où des enfants jouent à sauter par dessus les rigoles, et au bout de tout ça; le parc des Buttes Chaumont sur lequel on débouche sans prévenir, la beauté des marronniers gigantesques, le kiosque au sommet de son promontoire sur lequels tombe un rayon de soleil, le tout sur fond d'herbe humide et de nues lourdes d'orage...

PICT2735.JPG

 

-honoré le Palais de Tokio de notre curieuse présence, ou est-ce de notre présence curieuse, salué un éléphant en équilibre sur sa trompe,

si, si:

PICT2807.JPG

 

sursauté à chaque impact de bouteilles de verre projetées sur un mur à 600km/h, frissonné devant une armée de Dark Vador et trépigné de ne pas pouvoir visiter le chalet enfoui sous plusieurs tonnes-et mètres- de déchets parce que toutes les autorisations de sécurité n'étaient pas encore arrivées,PICT2802.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 PICT2804.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

-flâné lors d'une balade qui nous a menés du canal saint Martin, après une escale aux puces du DESIGN, puis une autre à la librairie du MK2, jusqu'à la cité de la musique,où nous avons rêvé dans ses collections d'instruments du 17 et 18èmes siècles, gratuitement parce que les autres étages sont fermés pour rénovation, rêvé surtout d'y revenir, encore et encore, et puis souri et frémi avec une merveilleuse conteuse, accompagnée des jolies improvisations d'un musicien passionné d'instruments du Brésil...

J'en oublie, certainement, mais c'était tellement riche et inattendu, que même si on n'a pas eu le temps de faire tout ce qu'on avait prévu, nous sommes rentrés ravis de ce petit périple à Paris. Petite synthèse imagée des trésors rapportés:

PICT2819.jpg

 

 

 

 

10/06/2008

à la même enseigne

L'homme a un instinct clanique.

Vol-c(l)anique.

Si si.

De ce clan-ci, je veux être admis(e, mais ça rime plus),

de ceux qui veulent éteindre les écritures banales

pour atteindre l'inaccessible étoile

du regard, c'est déjà pas si mal.

 

un seul tour virtuel avec ces maîtres,

je me prends à scruter de ma fenêtre

les petits boîtiers les petits boutons

et rêve de jouer à saute-mouton,

à chat perché, 

en toute légalité...

...et sans aucune dégradation. 

 

 

 

un geste à suivre, non? 

07/06/2008

Effeuiller la marguerite...

PICT2763.JPG
 
sans se lasser, et depuis dix ans maintenant... tomber sur "passionnément"