Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2008

Vivre avec, vivre sans +edit


Essai#2
Si ça marche pas  je raye "engagements" du programme de mon parti.


Non mais des fois!

 

Alors...

je ne me lançais plus sur des notes engagées depuis que l'une d'entre elle, écrivant par le menu ma conversion cosmétiquement supergreen, avait été avalée par mon hébergeur autant de fois que je l'avais (ré)écrite, à savoir trois fois de suite. Et puis je n'arriverai jamais à la hauteur de certains blogs ou sites verts, parfaitement cohérents et documentés...


Mais...


    Je suis née de parents pionniers sans le savoir de l'agriculture biologique et "du producteur au consommateur sans intermédiaires", procédés qui se déploient  enfin aujourd'hui, bien que sans eux...

    Ma mère, royalement chieuse, c'est-à-dire au moins aussi obstinée que son cheptel, menait son troupeau "en champs les chèvres" avec ses trois gros croisés beaucerons, trayait à la main, portait les bidons de lait enceinte jusqu'aux yeux et soignait ses bêtes à l'homéopathie, prouvant ainsi l'efficacité de l'effet placébo sur ses veilles carnes de biques pourtant insensibles aux forces de persuasion, ignorantes de l'existence de Monsieur Coué, incroyantes mis à part dans la perspective d'une bonne ruminée de luzerne fraîche.

    Forte de ces résultats, en dépit des pro-antibios à tout va des années 80, elle mis ses filles au même régime, incluant foi inextinguible en notre Déesse-mère Luzerne et lêchage de bloc-sel offert par la maison pour tout tube bleu à mollette terminé. Si si.


Mais...

    Mon galant-homme, de designer-maquettiste produits, pur "le plastique c'est fantastique, je n'aime que le polystirène, la poussière de mousse de poliuréthane ne va quand même pas m'faire mal au crâne", est en train de devenir un constructeur de maisons écologiques, un vrai. Avec les murs en bottes de pailles, les toilettes sèches, la toiture végétalisée, tout ça.

    C'est à cause d'un achat compulsif de ma part qui remonte à plus de quatre ans, un numéro de la revue La maison écologique sur les toilettes sèches, justement, ça m'avait tellement intriguée... que je me suis abonnée.


Mais...


    Nous faisons partie depuis plus de deux ans d'un jardin collectif biologique et éducatif, qui nous permet d'apprendre, de partager, d'avoir accès à un hectare de terre fertile en milieu urbain, de recevoir un panier de légumes toutes les semaines en échange d'une cotisation inférieure à l'équivalent annuel non-bio en contre-partie de 6 dimanches de jardinage par an.

 

Mais..

     Depuis, nous faisons attention à ce que nous mangeons malgré nos moyens limités, parce que chacun de nous ingère en un an en moyenne un kilo de pesticides par le biais de notre innocente assiette, quand de petits producteurs indiens l'ingèrent en une seule fois pour se suicider.

    Et nos protéines proviennent majoritairement des abats, ces bas-morceaux qui restent abandonnés aux étals des bouchers, parce que quand on tue, la moindre des choses c'est de tout utiliser. C'est mon petit côté Apoutsiak, le petit flocon de neige( album de Paul Emile Victor, s'il vous plaît). Parce que, je ne vous avais pas dit, mais ma mère est aussi prof. Alors les nourritures spirituelles aussi étaient chargées de sens...  

 

Mais...


    Nous avons enfin hier visionné le fameux documentaire dont il a été question beaucoup avant sa diffusion, bien moins après (quoique je n'aie pas vraiment pu en juger vu ma capacité d'accès réduite au monde virtuel).


    Et nous ne voulons pas de ce monde-là. Au delà du fait que je comprends l'évitement angoissé de nos ados accros du virtuel et indifférents à préparer leur avenir, je me dis qu'il est urgent de trouver comment faire.

Comment être, aussi, surtout, peut-être.


    Alors pour nous, dorénavant, vivre avec ces informations, ce sera vivre sans viande si on ne peut en vérifier la qualité de l'alimentation. Ce sera peut-être vivre avec une responsabilité nouvelle, peut-être vivre sans viande tout court. Pas par conviction ou goût végétarien, mais parce que c'est comme cela que je veux être humaine. Il reste le poisson selon le guide du WWF, de la viande bio quand nous craquerons vraiment, les oeufs de catégorie 0 et chaque mois, un poulet en conversion bio de notre ami Florent s'il accepte de nous aider.


 
Voilà pourquoi je suis en passe de devenir prosélyte sûrement, faucheuse peut-être... Mais pas encore sans peur et sans reproches.

 

 

1876525367.jpg

 

 

EDIT du 31 mars 2008: avec le lien vers le-dit documentaire, c'est forcément mieux. Excusez mon style embrouillé et obscur, le rhume et le changement d'heure me mettent à mal!  

maudite des notes engagées. +edit

 

Maudite, je vous dis.

Depuis des mois, je n'avais pas réessayé. Toujours avalées par un trou noir blogosphérien au moment de les poster, seules deux sont passée au travers, miraculeusement, depuis tout ce temps.  Et là, je me lance, genre cette fois-ci je ne laisserai pas ma croyance s'inviter dans le réel. Deux heures que j'étais dessus, elle était parfaite. Déployée dans les grandes largeurs. Corrigée, avec les bons liens aux bons endroits, et même une petite image inattendue à la fin.

Encore raté. La maudite ravale ses larmes d'épuisement et vous souhaite bien l'bonsoir m'sieurs-dames. Sur l'air de "Société, société, tu m'auras pas". Avec "Hautetfort" en lieu et place de "Société".

Ca, au moins, c'est sûr: j'peux mieux faire... 

 

 

Edit du 2 avril 2008: 

Heu, ça va, j'retire, hautetfort-chéri-que-j'aime... j'peux ravoir la fenêtre pour permettre à mes visiteurs de laisser des commentaires maintenant? 

23/03/2008

du caramel en barre...

Depuis des mois, j'essaie. Sans succès. Toujours trop sucré, pas assez brûlé, trop recuit, pas assez gonflant, trop grumeleux... J'en perdais mon bréviaire culinaire...

 

Jusqu'à ce que mon Pater et Galant Homme n'extirpent du bric à brac outillesque paternel un Soudogaz, petit chalumeau à cartouches de gaz... Et me le brandissent sous le nez, persuadés de tenir le bouton off pour échapper enfin à mes plaintes redondantes. 

 

J'ai attermoyé. Un peu. Dans le doute, vous comprenez... La torche enflammée, le côté mi-guerrier mi-cremier , forgeron croisé avec pâtissier, tout ça... pas convaincue la fille. 

 

En plus je me suis arrangée pendant plusieurs mois pour ne pas avoir 8 jaunes d'oeufs au congélo sans autre usage... ça, à propos, faudra que je vous explique! 

 

Jusqu'à ce jour de la semaine dernière où s'est enfin profilée une occasion unique de tester l'engin sans trop d'enjeux: la famille, on peut s'illusionner suffisamment pour croire en son indulgence pleine et entière... enfin, moi, l'illusion m'est chevillée au corps comme le beurre à la tartine grillée. Bref. Voilà:

 

568701335.JPG
 
 
Une première, perfectible, mais le sucre n'était pas totalement envahissant, et la croûte de caramel, bien qu'un peu trop noire par endroits, aurait ravi Amélie poulain, et c'était tellement réjouissant!  
La prochaine fois, je mettrai un petit pot de crème fraîche, et plus de lait vu le nombre de jaunes d'oeufs, parce que pendant la cuisson, ça faisait presque soufflé, et finalement les liquides se sont tellement évaporés qu'il ne restait vraiment pas grand chose! 
Mais surtout, j'apprendrai un jour où l'autre à manier le lance-flamme pour avoir la fierté de dire: c'est moi qui ai TOUT fait! (si Galant Homme lit ceci, ce qui ne manquera pas de se produire, je suis cuite plus de marche arrière possible!)
 
 
 
 
 
Petit mot timide... autant que vous?
Merci à vous qui continuez de venir fureter ici, en toute discrétion pour la plupart, sans vous lasser d'attendre que mon espace-temps n'entre en phase avec celui de ma porte sur les étoiles! 
 Bienvenue encore à vous, tout neufs par ici, de passage ou habitué(e)s...

13/03/2008

Suspension

Pas de temps en ce moment...

Et quand j'ai une heure par-ci par-là, je rattrappe vite le sommeil en retard...

Le plaisir de concocter de petites notes, d'arranger les lieux me manque, comme celui de visiter les blogs que j'aime, ou en découvrir de nouveaux, et laisser des petits mots...

Mon objectif d'une note tous les deux à trois jours est plus que compromis! 

Patience...

122826093.JPG

 

08/03/2008

Lichen à Moustache, nom d'une Frimousse

Les félins yeux de "Michèle Morvan", qui ont toujours fermement cru dans l'évidence d'être universellement aimés, ces yeux-là se sont fermés... Quinze années partagées avec un sacré mironton, emplies de ce qui n'est plus qu'un souvenir de rires, de câlins, de zenitude et de chatteries sans affectation... Mais quel souvenir...

 

 

Certains êtres nous font grandir dans notre humanité profonde. Je l'affirme pour les avoir connus, ces yeux-ci. Humains ou non.

 

 

Dernière pitrerie, pour me rendre le sourire... et lui rendre hommage.

 

828549839.jpg